Le gouvernement accorde une majoration de 20% sur les frais qu'il est possible de déduire des revenus pour les conducteurs équipés d'une voiture électrique. La mesure s'applique d'ores et déjà pour l'impôt 2021, à payer sur la base des revenus 2020 à déclarer au printemps.

Voici encore un geste pour inciter les conducteurs à opter pour une voiture électrique. En plus de la prime de 5 000 euros en vigueur cette année pour l’achat d’un véhicule neuf ou de 1 000 euros pour l’acquisition d’un modèle d’occasion, un arrêté publié ce vendredi au Journal officiel prévoit une majoration de 20% sur le montant des frais de déplacement qu’il est possible de retrancher de ses revenus.

Ce coup de pouce s’applique dans le cas où le contribuable opte pour la déduction aux frais réels. Une option qui selon les cas peut être plus avantageuse que l’abattement de 10% appliqué d’office par le fisc sur la rémunération des salariés. Entre les multiples trajets pour se rendre au travail en voiture, le coût des repas à l’extérieur du domicile, l’achat d’équipements de fournitures nécessaires à l’activité mais non prises en charge par l’employeur, la facture peut grimper très vite et représenter bien plus que 10% de ses revenus. Dans ce cas, le système des frais réels peut être bien plus avantageux.

En ce qui concerne les déplacements avec un véhicule, le fisc a mis en place un barème kilométrique, basé sur la puissance de la voiture et la distance parcourue, afin d’évaluer les frais liés à l’usage de la voiture personnelle dans le cadre de l’activité professionnelle. Ainsi, pour 10 000 kilomètres parcourus en 2020, le conducteur d'une citadine de petit gabarit pourra déduire 4 087 euros de ses revenus.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Pour les contribuables ayant une voiture électrique, ce barème est donc revalorisé de 20%. Une mesure avec effet immédiat qui s’applique aussi de façon rétroactive aux revenus de 2020. Vous pourrez donc l’appliquer lors de la prochaine déclaration de revenus au printemps.

Frais réels ou abattement de 10%, quelle est la meilleure option pour vos impôts ?