Les clients d'un forfait Orange facturé plus de 70 euros par mois ont eu la désagréable surprise d'être informé d'une hausse du prix « pour anticiper les services de demain. » Contestable sur la forme, cette pratique n'est pas illégale et a déjà été utilisée par les concurrents Bouygues et SFR.

Récemment SFR ou Bouygues avaient augmenté de façon unilatérale le prix de certains de leurs forfaits mobile. C'est au tour cette fois de Orange de passer en force pour ajouter deux euros à un forfait Open Up 70 Go, déjà facturé 71,99 euros par mois. La raison ? Constatant une consommation de data importante de la part des utilisateurs, l'opérateur a décidé de les basculer automatiquement sur une offre proposant 120Go de données mobiles, à partir du 3 décembre prochain.

Dans un message adressé aux clients et consulté par Capital, Orange explique que « pour anticiper les services de demain, (ils font) évoluer votre offre, sans réengagement et sans démarche de votre part ». Une méthode critiquée par les clients mais pas illégale. En effet, l'article L. 224-33 du code de la consommation autorise ces pratiques tant que l'information est communiquée entre 4 et 1 mois avant la hausse du tarif pour que le client puisse résilier s'il le souhaite.

Trouvez le taux le plus bas pour votre projet immobilier !

Contacté par Capital, Orange explique que « lorsqu'une augmentation tarifaire est appliquée, les clients sont informés bien en amont et gardent la possibilité de faire un retour en arrière sur leur ancienne offre. Nous avons développé un parcours simple, accessible depuis l'application Orange et moi et l'espace client pour leur permettre de le faire rapidement, en toute autonomie. Ils peuvent également se faire accompagner d'un conseiller en boutique ou par le service client. »

Orange, SFR, Bouygues... Le prix du forfait mobile baisse