Les cartes Avantage ne font plus qu'une. A partir de jeudi, il sera possible de l'acheter au prix de 49 euros. Mais cette nouvelle offre comporte 3 angles morts à connaître avant de l'acheter.

C’est une remise à plat tarifaire qu’opère la SNCF. La semaine dernière, elle a dévoilé la fusion de ses différentes cartes de fidélité Avantage (Famille, Senior, Jeune et Week-end) qui assurent actuellement 30% de réduction. Les 2,5 millions titulaires actuels d'une carte n'ont rien à faire jusqu’à la fin de la date de validité de leur sésame, les nouvelles règles s'appliquant d'office. Pour les nouveaux usagers séduits par la carte unique, celle-ci sera vendue dès ce jeudi au prix de 49 euros pour un an (même tarif qu'avant).

La carte garantit toujours 30% de réduction sur les trains pour les plus de 12 ans mais surtout un prix plafonné pour toutes les destinations, même au dernier moment. Le billet ne coûtera ainsi pas plus de 39 euros en seconde classe pour les trajets de moins de 1 heure 30, pas plus de 59 euros pour les trajets entre 1 heure 30 et 3 heures (durée qui représente aujourd'hui 50% des voyages), pas plus de 79 euros pour les trajets plus longs. Mais ce n’est pas tout. Cette nouvelle carte Avantage garantit 60% de réduction jusqu’à trois enfants de 4 à 11 ans. Pour eux, les prix chutent respectivement à 19 euros, 29 euros et 39 euros.

« Les plafonds ne concernent pas les voyageurs sans carte de réduction. Pour eux, rien ne change. Avec cette réforme tarifaire, la SNCF ne renonce pas au yield management, la méthode de tarification qui fait varier (et parfois exploser) le prix des billets pour optimiser le remplissage des trains », nuance 60 millions de consommateurs.

Si cette réforme annoncée est à même de satisfaire, quand même, de nombreux clients, mais aussi les associations de consommateurs, il n’en reste pas moins qu’au-delà de cet effet d’annonce, cette nouvelle offre comporte de sérieuses limites.

Pas de réduction en semaine pour les 28-59 ans

La première, et de taille, c’est que le -30% annoncé ne s’applique que sur « un aller-simple le samedi ou le dimanche, sur 1 aller-simple en semaine avec un enfant, sur des voyages aller-retour incluant au moins la nuit du vendredi, samedi ou dimanche », détaille la compagnie. « Attention, cette fusion des différentes cartes de réduction n'en est pas vraiment une. Leur nom disparaît, mais leur principe reste : si vous avez entre 28 et 59 ans, votre carte Avantage sera l'équivalent de l'ancienne carte Week-end : il n'y aura aucune réduction pour un aller-retour en semaine. Sauf si vous voyagez avec un enfant (ce qui correspond à l'ancienne carte Famille). Tant pis pour la simplification », pointe l’UFC-Que Choisir.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Une situation qui fait des mécontents comme ce client interrogé par La Voix du Nord : « Avec la SNCF, il faut lire entre les lignes et faire attention à toutes les exceptions. En effet, moi, je ne voyage qu’en semaine. Or, avec cette nouvelle carte Avantage, les adultes de 28 à 59 ans ne peuvent bénéficier des nouveaux tarifs annoncés que le week-end ! ».

Le problème des trajets en TER

Autre angle mort : les trajets en correspondance avec un TER dont le fonctionnement dépend des régions. Or, ces cartes ne sont pas acceptées partout. Un exemple ? Si la Nouvelle-Aquitaine ou l'Occitanie assurent jusqu'à 50% de réduction sur les trajets TER avec la carte Jeune, ce n’est pas le cas avec la carte Week-end, pointe l’UFC-Que Choisir. Si la SNCF est actuellement en discussion pour que les régions acceptent toutes la carte unique, il n’est pas certain que cela aboutisse. « Les régions ont la liberté de nous suivre ou pas », reconnaît Valérie Maucotel, la responsable du programme de la carte Avantage.

Attention au Ouigo

Troisième subtilité de la carte Avantage nouvelle génération : le cas de Ouigo. La réduction ne s’applique pas à l’offre de TGV low cost qui propose des billets à partir de 10 euros pour les adultes. Mais d’après le président de la Fnaut, une association d’usagers, interrogé par franceinfo, « d'ici un an, il devrait y avoir une convergence de la tarification Ouigo et de la tarification SNCF et Intercités. »