La fin de la trêve hivernale, le 1er juin prochain, inquiète Olivier Challan Belval, médiateur national de l'énergie, qui craint une reprise importante des coupures d’électricité et de gaz dans les foyers les plus touchés par la crise. Si c’est votre cas, voici quelques conseils pour réagir au plus vite.

Une « bombe à retardement » : c’est ainsi que le médiateur de l’énergie décrit la situation actuelle dans un communiqué. En 2020, après 2 ans de hausse, les coupures pour impayés de factures d’électricité ou de gaz ont baissé en 2020. Ce repli ne doit pas, toutefois, masquer la réalité des difficultés financières des Français. Il est le résultat, en effet, de la prolongation de la trêve hivernale qui, dans le contexte de la crise du Covid, a duré plus de 8 mois en 2020, contre 5 mois habituellement.

« (…) La trêve hivernale a protégé les consommateurs les plus vulnérables. C'est une bonne nouvelle, mais cela n'efface pas leurs dettes », prévient Olivier Challan Belval. « Les retours que me font mes collaborateurs et les fournisseurs me préoccupent, car ils traduisent une dégradation de la situation financière d'un certain nombre de nos concitoyens, qui s'est aggravée avec la crise. »

Assurance habitation : économisez jusqu'à 40% grâce à notre comparateur en ligne

La marche à suivre en cas de difficultés à régler une facture d’énergie

Si vous êtes dans ce cas, il faut réagir vite, sans attendre la fin de la trêve, le 1er juin prochain. Voici les actions à mettre en œuvre, listées par la médiation de l’énergie.

  • Contacter rapidement votre fournisseur et essayer d'obtenir un échéancier pour étaler le paiement.
  • Vous présenter aux services sociaux de votre commune ou de votre département, qui peuvent contacter le correspondant solidarité-précarité du fournisseur pour négocier une facilité de paiement, et vous informer sur les conditions pour bénéficier des différentes aides existantes.
  • Contacter également d'autres acteurs comme votre caisse de retraite, votre CAF, une association caritative, etc.
  • Si vous êtes bénéficiaires du chèque énergie (qui arrivent dans le courant du mois d'avril), ne pas oublier de transmettre votre attestation à tous vos fournisseurs d'énergie afin de bénéficier de protections supplémentaires.

Electricité et gaz : trouvez les offres les moins chères avec le comparatif de notre partenaire

4 propositions pour mieux protéger les consommateurs en difficulté

Outre ces conseils, Olivier Challan Belval, médiateur national de l'énergie, avance également des propositions pour éviter la catastrophe à venir en juin prochain.

  • Mettre en place un fournisseur de dernier recours destiné aux ménages qui ne parviennent plus à souscrire de contrat avec un fournisseur d'électricité ou de gaz naturel en raison de leurs difficultés financières.
  • Réformer les modalités de financement des FSL (Fonds de Solidarité pour le Logement) pour les simplifier.
  • Sanctionner les fournisseurs qui ne respectent pas l'obligation de désigner un correspondant solidarité-précarité.
  • Doubler le montant moyen du chèque énergie pour qu'il atteigne 300 € au lieu de 150 € actuellement.