Il est urgent d'attendre : si les forfaits compatibles 5G sont mis en vente à partir de ce mercredi, les experts interrogés par MoneyVox appellent à ne pas se précipiter sur ce nouveau réseau « qui n'existe pas encore » et qui conduit à une hausse des dépenses.

La date restera : mercredi 18 novembre marque l'activation des fréquences 5G en France. C'est aussi le jour du lancement des forfaits « 4G compatibles 5G » par Orange et Bouygues. Mais dans les faits, l'annonce a tout du symbole puisque le logo 5G ne devrait pas être visible dans le coin droit de vos smartphones dernier cri avant mi-décembre dans des zones géographiques réduites et encore sujettes à discussion entre opérateurs et autorités publiques. Moneyvox vous explique tout.

Un déploiement géographique limité

SI la 5G est censée permettre notamment une plus grande vitesse d’échange des données, une amélioration des connexions simultanées et meilleure fiabilité, encore faudra-t-il la capter. La carte ci-dessous créée à partir des données publiques de l'Arcep, le gendarme français des télécoms, présente la grande disparité territoriale des expérimentations 5G.

On note une concentration d'essais dans des grandes villes comme Paris, Nantes ou Lille qui représentent des espaces commerciaux stratégiques. A l'inverse, certaines zones de l'hexagone ont été délaissées, notamment celles qui ne profitent pas encore de la 4G... Dans le détail, 489 stations 5G ont été déployées en France métropolitaine sur la bande des 3,5 GHz : Orange en possède 353, Bouygues 73, SFR 54 et Free Mobile 9. Mais sur ce chiffre, seule une partie sera exploitée à court terme par les opérateurs et dans sa FAQ, l’Arcep prévoit que seuls deux tiers de la population française auront accès à la 5G en 2025.

Des forfaits chers

Cette « capacité à déployer la 5G sur l’ensemble du pays est l’enjeu le plus important pour le consommateur qui, en plus d’être soumis à un matraquage commercial et à des prix élevés pourrait ne pas bénéficier d'un service à la hauteur de ce qu’il paye chaque mois », alerte Olivier Gayraud, juriste de de l’association de consommateurs CLCV. Justement, Orange et Bouygues ont communiqué les prix de leurs forfaits 5G. SFR ne l'a pas fait mais des montants ont fuité sans que l'opérateur ne les démente. Nous avons choisi de les recenser dans ce tableau comparatif :

OpérateurQuantité de data 5G disponibleTarif mensuel
12 premiers moisaprès 12 mois
Bouygues Télécom50 Go15,99 €30,99 €
80 Go21,99 €36,99 €
Orange70 Go24,99 €39,99 €
100 Go34,99 €49,99 €
150 Go49,99 €64,99 €
Illimité79,99 €94,99 €
SFR80 Go40 €
100 Go50 €
150 Go65 €
Illimité95 €

Sources - Orange et Bouygues Télécom : sites web - SFR : documents SFR

Dans le détail, Bouygues propose des offres commerciales la première année contre un engagement de 12 mois minimum. Les prix varient de 15,99 à 21,99 euros pour des data allant de 50 à 80 Go (Il existe également un forfait de 120 G0 à 54,99 euros mensuels mais avec un engagement sur 24 mois + achat d'un mobile compatible 5G). Le prix augmente dans chaque offre de 15 euros à partir de la seconde année. Chez Orange, les prix proposés vont de 24,99 euros par mois la première année à 79,99 euros mensuels, en version illimitée. Le tout augmente là aussi de 15 euros passés les douze premiers mois. On note que l'accent est mis sur une grande quatité de data disponibles alors qu'en 2019, les Français utilisent en moyenne un peu plus de 8Go par mois.

A noter que les marques low-cost des opérateurs historiques comme Sosh, Red ou B&You sont absentes pour le moment de ce marché. Il en va de même pour les opérateurs alternatifs (NRJ Mobile, CDiscount mobile, Auchan Telecom...)

Comparatif livrets d'épargne : 8 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

Le messie Free

Pour la 5G, les opérateurs ont engagé des sommes importantes (près de 3 milliards d'euros rien que pour les fréquences) et pour rentabiliser leur investissement, les parts de marché vont se disputer âprement sur le long terme, au rythme du déploiement du réseau, selon le patron d'Orange Stéphane Richard interrogé par BFM Business. Une situation à double tranchant pour le consommateur qui peut payer les pots cassés de cette dépense originelle ou profiter du « contexte concurrentiel » entre Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free, explique Olivier Gayraud. Si Orange et Bouygues commercialisent leurs forfaits 5G dès aujourd'hui, SFR devrait bientôt proposer les siens. Mais Free pourrait venir rebattre les cartes.

A son arrivée sur le marché en 2011, l’entreprise de Xavier Niel avait fait chuter les prix puis évité une hausse des factures au lancement de la 4G en maintenant les mêmes tarifs que ceux de la 3G. « Free va refaire le même coup, assure le consultant en infrastructures de réseau Jérôme Nicolle, interrogé par MoneyVox. C'est leur philosophie et c'est ce qui plaît à ses clients ». Interrogé par Les Echos, Xavier Niel s'est contenté d'un énigmatique : « Attendez de voir nos offres ». « La 5G sera une réalité pour nos abonnés, toujours dans un souci du juste prix », a précisé Thomas Reynaud, le directeur général d'Iliad, la maison-mère de Free, au Figaro.

Se précipiter sur la 5G « n'a strictement aucun intérêt » aujourd'hui tranche Jérôme Nicolle car « le réseau n'existe pas en tant que tel. Il reste un hybride entre la 4G et la 5G et l'offre de forfaits n'est pas complète ». En outre, le passage à la 5G nécessite pour le consommateur d'acheter un terminal compatible. « Les offres 5G des opérateurs servent surtout à vendre des téléphones récents et coûteux pour Noël », souligne le consultant. Avec, au passage, une confortable marge qu'il estime à environ 20%.