La réforme des retraites est « indispensable », a déclaré samedi le président Emmanuel Macron, affirmant que « travailler plus longtemps » est « le seul levier » pour faire face aux « besoins de financement massifs » qui mettent « le système par répartition en danger ».

« Nous devons faire cette réforme », a-t-il déclaré sur TF1, car « si on ne la fait pas, on laisse le système de retraite par répartition en danger ».

« Toutes les études sérieuses le montrent : les besoins de financement sont massifs et vont continuer de s'accroître dans les prochaines années », a-t-il insisté, « donc le seul levier que nous avons c'est de travailler plus longtemps ».

Le chef de l'État avait défendu pendant la campagne présidentielle un report de l'âge légal de 62 à 65 ans, avant d'évoquer une fois réélu un recul à 64 ans, couplé à une hausse de la durée de cotisation. Une mesure justifiée par la perspective d'un retour durable des déficits, qui dépasseraient 12 milliards d'euros à la fin du quinquennat, et par son refus de principe d'augmenter les cotisations ou de rogner les pensions des retraités.

« Une réforme indispensable »

« C'est une réforme indispensable, mais il faut qu'elle soit tout à la fois efficace, pour sauver le système par répartition, et il faut qu'elle soit juste », a-t-il défendu, appelant syndicats et patronat « à l'enrichir (et) à l'amender » dans le cadre de la « négociation » en cours avec le gouvernement

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 13 contrats comparés

Sans dévoiler les arbitrages finaux de l'exécutif, que la Première ministre Elisabeth Borne présentera autour du 15 décembre, le président de la République a toutefois souligné que « quand on compare la France avec tous ses voisins, nous avons de la marge, parce qu'on n'est pas le pays qui a l'âge légal ou la durée de cotisation la plus longue ».