"Le dossier des retraites pourrait être le dossier de trop" pour les fonctionnaires, a déclaré lundi Anne Balthazar (FO Fonction publique), à l'issue de sa rencontre avec le ministre du Travail Eric Woerth, dans le cadre des consultations sur la réforme des retraites.

"On a prévenu que le dossier des retraites dans la Fonction publique était un dossier supplémentaire dans un contexte difficile pour les fonctionnaires, confrontés à des réformes et des restructurations, et qui ne sont pas bien traités depuis quelques années", a expliqué devant la presse la responsable de la fédération Fonction publique de Force Ouvrière, 2e syndicat de la Fonction publique après la CGT.

"Le dossier des retraites pourrait être le dossier de trop", a-t-elle insisté, affirmant que "les fonctionnaires ont du souci à se faire", car "on a l'impression que ce sont (eux) qui vont payer la facture des retraites".

Eric Woerth et son secrétaire d'Etat Georges Tron ont déjà reçu jeudi dernier quatre syndicats de fonctionnaires (Unsa, CFDT, FSU et CGC), dans le cadre des consultations sur les retraites. Solidaires sera reçu à son tour mardi.

Mme Baltazar craint "que les retraites de la Fonction publique soient affichées comme une cible, plus que le régime général".

Cela pourrait se faire, selon elle, "en remettant en cause des spécificités comme le mode de calcul, quelques droits particuliers pour les femmes" (départ anticipé, mais aussi les majorations de pension pour enfant). "On craint que tout ce qui dépasse soit raboté", a-t-elle insisté.

La syndicaliste a rappelé que son organisation refusait une baisse des pensions et des rémunérations des fonctionnaires, et revendiquait le maintien de l'âge légal de départ en retraite à 60 ans.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

FO refuse également de "toucher au mode de calcul des retraites de la Fonction publique", basé sur les six derniers mois de salaires (hors primes), contre les 25 meilleures années dans le privé.

Selon Mme Baltazar, "la différence n'est pas aussi flagrante. Il n'y a pas de privilèges dans le mode de calcul des retraites des fonctionnaires par rapport au privé".

La question d'une hausse des cotisations est "une piste du gouvernement", a-t-elle dit. Le ministre n'évacue plus les sources de financement, y compris la question des cotisations", a-t-elle affirmé.

"On n'est pas confiant. On sait que le dossier est ouvert, pas pour améliorer les retraites des fonctionnaires mais pour trouver des financements", a-t-elle conclu.