Le débat sur les retraites concernera également les fonctionnaires et pas seulement les salariés du privé, a confirmé dimanche le ministre du Budget et de la Fonction publique Eric Woerth, tout en notant qu'il faudra tenir compte des "spécificités" de la Fonction publique.

Interrogé lors de l'émission Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI sur les différences dans le calcul des retraites entre fonctionnaires et salariés du privé, M. Woerth a indiqué avoir déjà "commencé une convergence entre la Fonction publique et puis les régimes" privés, citant "la durée de cotisation", "un certains nombre d'avantages familiaux" et "la décote et la surcote".

"On doit discuter avec les fédérations de fonctionnaires pour savoir comment poursuivre cette convergence entre la Fonction publique et le secteur privé" a-t-il précisé, ajoutant qu'il faudrait "prendre en compte évidemment les spécificités de la Fonction publique".

"Tout ça sera sur la table", a-t-il ajouté, alors qu'un premier rendez-vous sur les retraites est prévu en 2010.

Le ministère du Travail avait indiqué en octobre qu'il comptait "traiter" la question des retraites dans la Fonction publique dès 2010, à l'occasion de ce rendez-vous.

Mais "le vrai sujet, c'est le déficit du régime général des retraites" car "on est quasiment au niveau de déficit qu'on espérait, entre guillemets, d'ici 10 à 20 ans", a continué Eric Woerth.

"Il y a urgence à réformer les retraites", a-t-il ajouté, tout en soulignant que "la clé de la réforme des retraites n'est pas de revoir (le système par) répartition".

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Quant au régime spécial de retraite des parlementaires, "il évoluera comme les autres, évidemment", a-t-il dit.

Eric Woerth a aussi salué les propos de la première secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, qui a envisagé la semaine dernière de repousser l'âge de départ à la retraite à "61 ou 62 ans", sous conditions.

"Martine Aubry a fait preuve de responsabilités" en commençant à "briser le tabou qu'il y avait au parti socialiste sur l'âge de la retraite", selon M. Woerth.