C'est une année noire qui s'est terminée pour les cryptomonnaies. Sur les 12 derniers mois, le bitcoin a perdu 62% de sa valeur. La tendance peut-elle s'inverser en 2023 ?

En novembre 2013, le bitcoin flambe. Son cours atteint 1 137 dollars. Un record historique. Puis, brusquement, les courbes s'effondrent. Quelques mois plus tard, en janvier 2015, la reine des cryptomonnaies ne vaut plus que 160 dollars, soit une baisse de -86%. « Le bitcoin est mort ! », claironne la presse. Et après ce bond fulgurant, les cryptos retombent dans l'oubli.

Déjà vu

L'histoire se répète deux ans plus tard, en décembre 2017. Le bitcoin frôle alors les 20 000 dollars. Certains analystes le voient déjà dépasser les 100 000 dollars. Mais là encore, le bitcoin décroche. Son cours chute de -84%. La création de Satoshi Nakamoto entraîne tout un écosystème dans sa chute. Et les détracteurs des cryptomonnaies annoncent leur fin « inéluctable ».

Mais à nouveau, le bitcoin surprend. Et en novembre 2021, son cours s'envole vers les 56 000 euros, porté par l'arrivée des institutionnels sur le marché. Morgan Stanley devient ainsi, en mars 2021, la première grande banque américaine à offrir à ses clients la possibilité de s'exposer au bitcoin. Résultat ? Ce qui était jusqu'à présent considéré comme « l'or des geeks » devient soudain une classe d'actifs à part entière.

Toutefois, la fête ne dure pas. Fin 2021, les cours s'orientent à la baisse. Et depuis, la descente aux enfers se poursuit, au rythme des scandales, des hacks et des faillites en série. Après la capitulation du fonds Three Arrows Capital, écrasé par les dettes, puis l'implosion de l'écosystème Terra et de son stablecoin, c'est FTX, la deuxième plus grosse plateforme crypto, qui s'est récemment effondrée.

Alors que nous réserve 2023 ? Les journaux qui font leur Une sur la fin des cryptos pour la troisième fois en 10 ans vont-ils (enfin) avoir raison ? Le bitcoin va-t-il emprunter le « chemin de l'insignifiance », comme l'a annoncé la Banque centrale européenne (BCE) ? Ou les cryptomonnaies vont-t-elles s'envoler vers de nouveaux sommets ? La réalité pourrait être plus mitigée.

Bitcoin : les sites sécurisés dans notre comparatif exclusif

Risque systémique

Premier point à surveiller en 2023 : les taux directeurs des banques centrales. Car pour enrayer l'inflation, les grands argentiers ont relevé leurs taux à un rythme soutenu au cours des 12 derniers mois. Si bien que les taux de la Fed oscillent aujourd'hui entre 4,25 et 4,50%, soit leur niveau le plus élevé depuis 2007. Or, à chaque nouvelle hausse de taux, les actifs risqués, comme la bourse et les cryptos, dévissent.

Mais la situation ne peut pas durer éternellement. « Si les banques centrales remontent leurs taux trop vite ou trop haut, elles risquent de provoquer une récession », explique Nicolas Chéron, stratège et analyste boursier. Un scénario du pire que les banquiers centraux souhaitent éviter à tout prix. D'autant que l'inflation montre des signes de ralentissement aux Etats-Unis. Elle est passée de 9% en juin à 7,1% en novembre. « Si le pic d'inflation est bien derrière nous, les banques centrales pourraient baisser leur taux dès mi-2023, ce qui bénéficiera aux marchés actions et aux cryptos », estime Nicolas Chéron.

Au-delà du contexte économique, l'écosystème crypto a toutefois ses propres problèmes à régler. Et vite ! Car suite à la faillite de FTX, plusieurs acteurs sont aujourd'hui en difficulté. C'est notamment le cas de la plateforme Genesis, qui a gelé les retraits de ses clients. La firme BlockFi, quant à elle, s'est récemment placée sous la protection du chapitre 11 du Code fédéral américain, un texte qui sert à préserver les entreprises en faillite.

Alors faut-il craindre un effet domino ? « Si des acteurs comme Genesis ou Bitgo se déclarent en faillite, il y a un risque systémique », reconnaît Stanislas de Quénetain, co-fondateur de Yuzu, un livret d'épargne crypto. « Cela dit, des entreprises font faillite tous les jours. C'est vrai dans la crypto, mais aussi dans d'autres secteurs. A court terme, ce type d'événement peut créer la panique sur les marchés. Mais ce n'est pas la fin des cryptos pour autant ».

« Dans ces moments, il est difficile de ne pas céder à la panique et vendre à perte. Mais l'industrie des cryptos est encore jeune. Et ce genre de crise est parfois un mal nécessaire pour permettre au secteur d'évoluer », abonde Margaux Klein, présidente de la plateforme Heritages.io. « A terme, la chute de FTX pourrait déboucher sur plus de transparence, ce qui profitera à l'ensemble de l'écosystème ».

Bitcoin, ethereum... Comment encore investir dans les cryptos sans risquer de tout perdre

Vers de nouveaux sommets ?

Alors le cours du bitcoin va-t-il remonter en 2023 ? Difficile à dire. Certains, comme le courtier BCA, prophétisent une crypto apocalypse au terme de laquelle le bitcoin pourrait tomber sous les 5 000 dollars. D'autres, en revanche, estiment que le pire est passé. « Les indicateurs “on-chain” pointent tous dans la même direction : le marché a atteint son point bas et nous devrions désormais entrer dans une phase d'accumulation pour les “whales”, ces investisseurs qui détiennent des montants colossaux en crypto », veut croire Stanislas de Quénetain.

« Je vois 2023 comme une année de transition, avant un retour vers des marchés haussiers en 2024 », complète Nicolas Chéron. Notamment parce qu'au printemps 2024, les récompenses des mineurs sur la blockchain bitcoin seront divisées par deux. Cet événement, appelé “halving”, se produit tous les 210 000 blocs minés, soit environ 1 fois tous les 4 ans.

« Les performances passées ne préjugent pas des performances futures », précise Karl Toussaint du Wast, co-fondateur de la plateforme Netinvestissement. « Mais par le passé, le choc d'offre provoqué par les “halvings” s'est systématiquement traduit par un effet de rareté, ce qui a provoqué une envolée des cours ».

Pour lui, les niveaux de prix actuels offrent « un point d'entrée intéressant » aux investisseurs souhaitant s'exposer aux cryptomonnaies. A condition, toutefois, d'investir en connaissance de cause. Car loin du fantasme des 1 000% de gains en quelques jours, l'investissement en crypto doit s'inscrire dans une vision de long terme.

« Demain, les cours peuvent chuter. Mais ce n'est pas ce qui compte vraiment. Car vous entrez à l'aube d'un marché, en pariant sur le fait que la technologie qu'il porte va révolutionner notre rapport à l'argent. C'est quelque chose qui prend du temps », assure Karl Toussaint du Wast.

Nos conseils ? Si vous souhaitez investir dans les cryptos, faites-le progressivement, pour lisser les risques associés à la forte volatilité des cours. Veillez également à diversifier votre épargne en n'allouant pas plus de 5 à 10% de vos fonds à cette classe d'actifs. Et surtout, stockez vos cryptos en sécurité sur un wallet dédié. Ne les laissez pas sur les plateformes où elles sont exposées au risque de hacks ou de faillites.

Bitcoin : 3 solutions pour stocker vos cryptomonnaies à l'abri des hackers