Dans le sillage de l'Autorité des marchés financiers, de nombreux organismes financiers mettent en garde les épargnants contre les arnaques à l'usurpation d'identité. Bien organisés, les pirates se font passer pour des organismes reconnus pour siphonner l'épargne de personnes crédules. En 2020, la somme moyenne volée est de 45 000 euros.

En cas de doute, ne faîtes rien ! C'est la ligne de conduite conseillée par l'Autorité des marchés financiers (AMF) dans un communiqué dénonçant une augmentation des risques d’arnaque liée à des usurpations d’identité d’acteurs autorisés. En clair, le gendarme de la finance et plusieurs groupements professionnels du secteur (1) mettent de nouveau en garde les épargnants après avoir constaté une perte moyenne de 45 000 euros par personne lésée par ce type d'arnaque. Les fraudes usurpant les noms ou logos d'acteurs autorisés représentent même 44% des montants déclarés perdus par les épargants en 2020. L'AMF livre un exemple : « Ces usurpations portaient par exemple sur des SCPI ou des placements dans des parkings d’aéroport. »

Pour éviter pareille mésaventure, il ne faut jamais communiquer de données personnelles ni donner suite à des appels téléphoniques que vous n’avez pas sollicités. Il n'y a jamais d'urgence quand il s'agit de placer son argent et la promesse de gains rapides - et sans risque - est souvent un bon indice pour... se méfier.

Première chose à faire : consulter la liste noire de l’AMF qui recence les acteurs et les sites non-autorisés. Dans le doute, contactez la société pour vérifier que c’est bien elle qui est à l’origine de l’offre. Pour arriver à leurs fins, les pirates reproduisent un site internet, une adresse mail, un contrat ou un logo pour « rendre crédibles leurs offres frauduleuses », écrit l'AMF. Et comme souvent, le diable se cache dans les détails : seule une lettre ou un point marque la différence entre l'original et la copie. Pour déceler la fraude, il est donc nécessaire d'être extrêmement attentif.

Compte bancaire : les 5 réflexes sécurité pour éviter le piratage

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Personne n’est à l’abri de ce type d’arnaques »

Par ce biais, les fraudeurs parviennent à pousser au remplissage de formulaires où sont demandées des informations personnelles : le nom, le numéro de téléphone ou l'adresse mail. Des informations personnelles qui permettent une prise de contact par des « faux conseillers » convaincants, lesquels proposent ensuite des occasions - trop - belles et à saisir en urgence. « Personne n’est à l’abri de ce type d’arnaques, y compris des investisseurs expérimentés », alerte l’AMF. Or, une fois l'accord donné, il est parfois trop tard pour faire machine arrière...

Arnaque aux abonnements : comment stopper un paiement récurrent par carte bancaire ?

(1) Outre l'AMF, parmi les signataires, on retrouve aussi bien l’Association française de la gestion financière (AFG) que l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim), France Invest ou encore l’Association nationale des conseillers financiers et plusieurs associations de conseillers en gestion de patrimoine (CGP) et de conseillers en investissement financier (CIF).