Selon l’indice trimestriel IODS Patrimonial, la performance globale de l’épargne financière des Français s’est établie à 1,1% au premier trimestre 2014, en repli par rapport à fin 2013. Sur un an, elle reste toutefois supérieure, hors inflation, à sa moyenne de long-terme.

Chaque trimestre, l’indice IODS Patrimonial (1) se donne pour objectif de mesurer la performance globale de l’épargne financière des ménages français, en intégrant dans son appareil statistique le rendement de l’ensemble des produits d’épargne et de placements : dépôts, livrets, comptes à terme, assurance-vie, actions et obligations, notamment.

Le 1er trimestre 2014 est marqué, comme le précédent, par un ralentissement de la croissance de cet indice. Sa performance culmine à 1,1%, contre 1,3% au 4e trimestre 2013 et 1,8% au 3e trimestre. La faute aux titres - obligations, OPCVM et actions cotées - dont le rendement est en repli : 2,7%, contre 4,1% fin 2013. « Au premier trimestre 2014, les bourses européennes sont restées orientées à la hausse (…). Cependant, la hausse des indices européens [et] français, de l’ordre de 2%, a été moins forte qu’au trimestre précédent » analyse IODS dans un communiqué accompagnant la parution de l’indice, qui note aussi que « la performance des OPCVM (…) est restée positive au premier trimestre mais a été plus faible que fin 2013. »

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie

La performance des dépôts bancaires, de son côté, reste modeste mais en progression, passant de 0,4% fin 2013 à 0,5% au premier trimestre, et ce malgré la baisse des taux de rémunération, des livrets d’épargne en particulier. IODS en livre l’explication : « (…) les ménages améliorent un peu leur performance financière grâce à un rééquilibrage de leurs avoirs en faveur de l’épargne logement, qui est l’un des produits les mieux rémunérés. »

Lire aussi : Épargne : retour en grâce du PEL au 1er trimestre 2014

Au final, la performance réelle, hors inflation, de l’épargne financière des ménages français au 1er trimestre s’établit à 2,5% sur un an, ce qui reste « nettement [supérieur] » à sa moyenne de long-terme, depuis fin 1995, qui s’établit à 1,6%.

(1) IODS est une plateforme de base de données créée début 2011 par l’école de management Insead et l’Observatoire de l’épargne européenne (OEE).