Le Livret de développement durable (LDD) a subi en 2014 la concurrence de l’assurance-vie et du Plan épargne logement, moins liquides mais mieux rémunérés que lui. Les principaux chiffres, tirés du récent rapport de l’Observatoire de l’épargne réglementée.

Après deux années record (21 milliards d’euros en 2012, près de 7 milliards en 2013), la collecte nette du LDD a nettement marqué le pas en 2014 : 1,1 milliard d’euros. Sans les intérêts cumulés en fin d’année, le produit aurait même connu une légère décollecte, de l’ordre 20 millions d’euros. C’est évidemment le passage de son taux (calqué sur celui du Livret A) de 1,25% à 1% net à partir du 1er août 2014 qui a fait basculer la collecte. Car avant le mois de septembre, le LDD n’a connu qu’un mois dans le rouge (-10 millions d’euros en mai). Par contre, sur les 4 derniers mois de l’année, les retraits ont dépassé les dépôts d’un milliard et demi d’euros.

Près de 25 millions de LDD

Fin 2014, les Français détenaient au total 24,9 millions de LDD, soit près de trois fois moins que de Livrets A. Le produit, il faut dire, est moins universel, puisqu’il est réservé aux contribuables payant leur impôt en France, ce qui le ferme notamment aux plus jeunes.

L’encours moyen y était légèrement supérieur à celui du Livret A : 4.098 euros, contre 4.092 euros. La ventilation du nombre de comptes par tranche de solde des deux produits est toutefois assez différente. Les « petits comptes », ceux dont l’encours est inférieur à 150 euros, ne représentent que 30% des LDD, contre 45% des Livrets A. A l’inverse, les comptes affichant plus de 6.000 euros d’encours (soit l’ancien plafond avant le doublement d’octobre 2012) représentent un tiers du parc, alors que seuls 11,6% des Livrets A dépassent l’ancien plafond de 15.300 euros.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Plus encore que pour le Livret A, les encours du LDD sont concentrés sur les « gros comptes ». 41% des versements des épargnants sont en effet placés sur des livrets dont le solde dépasse le plafond de versement de 12.000 euros grâce aux intérêts capitalisés, tandis que les Livrets A dépassant le plafond actuel de 22.950 euros totalisent « seulement » 20% des encours.

Lire aussi : Plus de 2 millions de Livrets A crèvent le plafond