D’après un article du quotidien Le Parisien, le décret relevant le plafond du Livret A, une des promesses de campagne de François Hollande, devrait paraître avant l’été. Toutefois, le doublement pourrait être progressif, et étalé sur plusieurs années.

Se dirige-t-on vers un compromis sur le Livret A ? C’est en tout cas ce que sous-entend le quotidien Le Parisien dans un article publié dans son édition du jour. Rappel des faits : durant la campagne de l’élection présidentielle, François Hollande annonce son intention de doubler le plafond de dépôts du Livret A, de 15.300 euros actuellement à 30.600 euros. L’objectif de cette mesure touchant au plus populaire des produits d’épargne français (59,5 millions de comptes ouverts fin 2010) est de soutenir le secteur de la construction de logements sociaux, dont le nouveau président a fait une priorité. Une partie de la collecte du Livret A est en effet centralisée à la Caisse des Dépôts, qui l’utilise notamment pour financer les organismes HLM.

« Temps d'ajustement »

Mais la réforme promise ne fait pas l’unanimité. Ces derniers jours, plusieurs voix se sont élevées publiquement pour contester sa pertinence. Ce fut d’abord le cas de Christian Noyer, le gouverneur de la Banque de France, qui a pointé le risque de « situations de tension » pour le secteur bancaire, et conseillé de lui laisser un « temps d’ajustement ». Puis François Pérol, le patron du groupe BPCE (Banque Populaire – Caisse d’Épargne), a stigmatisé une mesure « pas très utile » et potentiellement très coûteuse pour les finances publiques, dans la mesure où elle pourrait entraîner le transfert d’une épargne aujourd’hui fiscalisée (car placée sur des Livrets B ou des assurances-vie) vers un produit qui ne l’est pas.

Dans l’opération, les banques craignent aussi de voir partir vers le Livret A, produit dont elle n’intègre qu’une partie de l’encours dans leur bilan, des sommes placées aujourd’hui sur leurs livrets maison. Une mauvaise affaire, à l’heure où les nouvelles normes réglementaires dites Bâle III les obligent à collecter plus d'épargne bilantielle.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Discrètes tractations

Ces voix discordantes ont-elles été entendues par le nouveau gouvernement ? Selon Le Parisien, de « discrètes tractations » se jouent actuellement en coulisses avec le lobby bancaire et les organismes HLM. Le quotidien annonce ainsi que le décret relevant le plafond du Livret A devrait bien paraître, comme promis, avant l’été. Mais il pourrait tenir compte de l’avis du gouverneur de la Banque de France et prévoir un doublement progressif, sur plusieurs années. Affaire à suivre.