Dans un entretien publié jeudi dans le quotidien La Tribune, le directeur général de la Caisse des dépôts a expliqué que l'institution se satisferait d'un taux de centralisation de 70% des fonds déposés sur le Livret A et le LDD, taux qui fait actuellement l'objet d'un débat avec les banques et le gouvernement.

Pour que la Caisse puisse continuer à financer le logement social, il faudrait qu'elle conserve environ 74% des fonds issus du LDD (Livret de développement durable) et du Livret A à l'horizon 2020, explique Augustin de Romanet dans un premier temps. « Je crois qu'il est néanmoins possible d'en rester, à ce stade, au chiffre donné par (la ministre de l'Economie) Christine Lagarde en 2008 au moment du débat sur la LME (Loi de modernisation de l'économie), qui était de 70% », ajoute-t-il.

62% actuellement

Les dépôts sur le Livret A et le Livret de développement durable (ex-Codevi), les deux principaux produits d'épargne réglementée, atteignaient 257 milliards d'euros fin août. Sur ce total, un peu plus de 160 milliards est actuellement centralisé au sein de la Caisse des dépôts, montant plafonné par la loi. Le taux de centralisation est donc actuellement d'environ 62%.

Le ministère de l'Economie a lancé vendredi une consultation auprès des banques et de la Caisse des dépôts afin de déterminer un nouveau taux de centralisation ainsi que le niveau des commissions versées aux banques en échange de l'apport des dépôts centralisés. Les conclusions devraient être rendues en fin d'année ou début 2011, avec une formalisation des arbitrages prévue en septembre 2011.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Un enjeu crucial pour les banques, pas pour la CDC

L'enjeu est crucial pour les banques, qui conservent actuellement environ 95 milliards d'euros de liquidités issues du Livret A et du LDD, qu'elles peuvent placer, mais aussi pour la CDC, qui doit déterminer ses capacités de financement, principalement en faveur du logement social. Augustin de Romanet rappelle néanmoins que « la Caisse des dépôts n'a aucun intérêt financier dans le débat en cours, car l'intégralité du résultat du fonds d'épargne (section de la CDC qui centralise les dépôts de l'épargne réglementée) est rétrocédée à l'Etat ».