L'inflation pourrait encore donner quelques sueurs froides aux marchés en 2022, « année test » pour les banques centrales qui jouent leur crédibilité en cherchant à maîtriser cette bête noire.

En 2021, les Bourses occidentales ont dépassé leurs sommets d'avant la pandémie, en dépit des rechutes sanitaires dues aux variants Delta et Omicron et d'une sous-estimation de la flambée généralisée des prix. Sur l'année, l'indice vedette français CAC 40 a grimpé à ce stade d'environ 25%, le Dax allemand de plus de 13% et le FTSE britannique de plus de 12% (clôture du 17 décembre). A Wall Street, le S&P 500 enregistre environ +24%, le Dow Jones +16%, et l'indice Nasdaq à forte coloration technologique +18% à cette même date.

Sujet brûlant, la montée des prix est à son apogée depuis 39 ans aux Etats-Unis (+6,8% en novembre, à comparer à +4,9% en zone euro). Et elle devrait perdurer une bonne partie de 2022. Dans le même temps, les économies décélèrent et les aides des Etats sont en voie d'extinction, contrairement à la pandémie de Covid-19.

Exercice d'équilibristes

« L'évolution de l'inflation, qui devrait continuer à surprendre à la hausse, et la réaction des banques centrales face à ce phénomène seront les thèmes centraux pour les marchés et la préoccupation principale des investisseurs », prévoit AllianzGI, n'excluant pas « une zone de turbulence » au premier semestre.

Les banques centrales vont en effet avancer progressivement dans la réduction de leur soutien monétaire au premier trimestre. La prochaine étape consistera à relever leurs taux directeurs. La réserve fédérale américaine (Fed) envisage désormais trois hausses de taux en 2022 alors qu'en juin, elle pensait encore attendre 2023. La zone euro ne sera pas logée à la même enseigne puisque la BCE a décidé de se donner du temps.

« Une action trop rapide ou trop forte pèserait sur une croissance encore fragile et sur les actifs risqués » comme les actions, prévient Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d'Allianz Global Investors. A ce stade, le risque d'une erreur de politique monétaire majeure ne peut être exclu, estiment les experts, qui se laisseront guider par les anticipations d'inflation.

Volatilité accrue

Baignant depuis près de deux ans dans un environnement débordant d'argent disponible à des taux très bas, les investisseurs n'ont eu qu'un court laps de temps pour s'adapter à l'arrivée d'un resserrement monétaire plus rapide que prévu.

Ce n'est qu'en novembre que le président de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell a changé son point de vue sur l'inflation en déclarant qu'il ne fallait plus la considérer comme transitoire.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

« Si les banquiers centraux parviennent à éviter la panique et à contenir les pressions actuelles sur les prix, les marchés devraient afficher une plus grande volatilité mais en sortir relativement indemnes, soutenus par la reprise des flux de trésorerie et des bénéfices » des entreprises, estime Jim Cielinski, responsable mondial de la gestion obligataire chez Janus Henderson.

Déjà stimulées par l'arrivée des vaccins dès l'automne 2020 et de généreuses mesures de relance, les actions ont jusqu'ici profité de la résilience des entreprises. Les pénuries de matières premières, qui participent à la remontée des coûts, pourraient toutefois affecter les résultats financiers du 4e trimestre 2021, voire au-delà.

« Il faudra également être vigilant à l'égard du niveau d'endettement de certaines entreprises », favorisé par le bond des opérations de fusions-acquisitions, souligne Vincent Marioni, directeur des investissements crédit d'AllianzGI.

Les investisseurs pourraient être aussi pris de court par de nouvelles mesures en Chine, comme cet été quand les autorités ont durci les réglementations dans le numérique et le soutien scolaire, au nom de la « prospérité commune », faisant dévisser les indices de la deuxième économie mondiale. Egalement secouées par une crise de l'immobilier, les places de Hong Kong et Shanghai ont terminé l'année en baisse respective de plus de 14% et de près de 5% (17 décembre).