La ville de Paris, en partenariat avec un assureur, lance une assurance habitation pour les locataires modestes du parc privé et social afin de lutter contre l'absence d'assurance, motif de rupture de bail et d'expulsion, a-t-on appris mardi.

Cette assurance, lancée officiellement le 9 janvier par le groupe mutualiste Vyv (Harmonie Mutuelle, MNT), concerne potentiellement 400 000 ménages parisiens et propose un prix unique, dans tous les arrondissements, en fonction du nombre de pièces, a indiqué la mairie dans un communiqué.

« Cela représentera pour les locataires une économie allant de 50 euros à près de 250 euros par an par rapport à la moyenne des assurances du marché », ajoute la ville, qui souhaite ainsi « redonner du pouvoir d'achat aux locataires parisiens ».

Deux critères à remplir

Outre le fait d'habiter Paris, deux conditions sont nécessaires pour pouvoir souscrire : être locataire de sa résidence principale et avoir un revenu fiscal de référence inférieur à 24.316 euros bruts pour une personne seule, et de 36.341 euros pour deux personnes.

« Nous sommes partis du constat que beaucoup de Parisiens sont mal assurés et nous avons lancé un appel à manifestation d'intérêt pour lequel nous avons reçu neuf offres », a précisé l'adjoint PCF au logement Ian Brossat, précisant que la ville « ne met pas la main à la poche ». « Cette expérience a du sens, au-delà du pouvoir d'achat. Aujourd'hui, la classe moyenne est aussi un public fragile, il faut pouvoir les retenir dans Paris », a déclaré la maire PS Anne Hidalgo.

Assurance habitation : économisez jusqu'à 100 € par an grâce à notre comparateur en ligne

Quelque 1 500 préinscriptions ont été d'ores et déjà enregistrées et 200 souscriptions réalisées. « Notre objectif n'est pas de faire de la marge mais d'être à l'équilibre d'ici cinq ans à raison de 15 000 souscriptions par an », a expliqué Benjamin Haddad, vice-président de Vyv Conseil. « Nous avons voulu proposer l'offre la plus simple possible, sans exclusion à l'entrée, et des contrats sans petites lignes comme il est souvent reproché aux assureurs », a-t-il ajouté.

Assurance auto, habitation... Ce qu'il faut savoir