Vous avez reçu des avoirs suite à un voyage annulé à cause du Covid ? L'ordonnance qui permettait aux voyagistes de ne proposer que des avoirs de 18 mois prend fin en septembre. MoneyVox vous explique comment récupérer votre argent.

Votre week-end à Rome prévu fin mars 2020 a été transformé en avoir face au confinement et vous n'êtes pas sûr de l'utiliser d'ici l'été ? Si vous faites parti des détenteurs du 1,5 milliard d'avoirs encore inutilisés, MoneyVox vous explique comment récupérer votre argent à partir du mois de septembre . En effet, l’ordonnance de mars 2020 qui permettait aux entreprises du secteur de proposer des avoirs de 18 mois pour conserver de la trésorerie prend fin.

Pouvez-vous tout perdre ?

« Chaque détenteur d’avoir est protégé par la garantie, si l’Association professionnelle de solidarité du tourisme (ASPT) tient le choc, rappelle Khalid El-Wardi, le secrétaire général de la médiation du Tourisme. Chacun est libre d’utiliser son avoir ou de demander un remboursement - du total ou du solde - à échéance dès 18 mois, soit septembre 2021, au vendeur. En clair, vous ne risquez pas de perdre le bénéfice de ce que vous avez réservé.

Seule ombre au tableau, l'ASPT, principale caisse de garantie des voyagistes durement touchée par la chute de Thomas Cook, craint des faillites en série qui plomberaient ses finances. « C’est le cas de figure qui effraie le secteur si trop de remboursements sont demandés au même moment », confirme à MoneyVox Christian Gosseaume, avocat en droit du tourisme à Rennes. Pour autant, nos deux experts considèrent qu’un grand nombre vont être écoulés sur la période estivale et limiter les effets critiques de la situation.

« La plupart des opérateurs de voyage ont « sanctuarisé » les avoirs », confirme Jean-Pierre Mas du syndicat patronal des entreprises du voyage. Il compte aussi sur le soutien du gouvernement pour « franchir le mur du remboursement qui se dressera de septembre 2021 à mars 2022. »

Remboursement billet d'avion : comment récupérer son argent (et ce n'est pas simple)

Que faire si mon voyagiste fait faillite ?

En cas de faillite de l'agence de voyage ou du tour opérateur, « le client doit être attentif car en cas de liquidation, il n'a que deux mois pour saisir le mandataire et demander un remboursement, rappelle Christian Gosseaume. Dans ce cas de figure, le risque de ne pas être remboursé est grand car ce n’est pas considéré comme une créance prioritaire ». D'où l'importance que la garantie financière - qui couvre les voyages organisés comme les packs transports et hébergement - soit préservée.

Urgent : comment faire si j’ai besoin de cet argent avant la fin de validité de l'avoir ?

« En cas de difficultés financières, de perte d’emploi, de problèmes de santé vous pouvez solliciter une commission paritaire composée de professionnels et d’associations de consommateurs qui statuera pour ou contre un remboursement anticipé de l'avoir », explique Khalid El-Wardi.

Vos projets au meilleur taux grâce à notre comparatif des prêts conso

Depuis l’été 2020, 3 000 demandes ont été déposées.

Pourquoi les compagnies aériennes proposent des prolongations d’avoir ?

Les moyens de transports ne sont pas concernés par l'ordonnance de mars 2020. Les avoirs n’ont donc aucune valeur légale mais dans la réalité « 80% des principales compagnies aériennes ont fait la politique de l’autruche et n'ont proposé qu’un avoir », explique Raphaël Bartlomé, responsable du service juridique de l’UFC-Que Choisir.

En fait, « il s’agit d’une proposition commerciale acceptée par les deux parties, rappelle le médiateur du Tourisme. Tout est possible tant que le consommateur ne s'estime pas lésé et bénéficie d'une information suffisante sur ses droits. Certains avoirs ont aussi été majorés pour éviter des remboursements au cœur de la crise sanitaire. » En clair, un vol payé 200 euros a pu être revalorisé à hauteur de 250 ou 300 euros avec des facilités d'annulation ou de modification du plan de vol comme ont pu le faire Air France ou EasyJet.

De son côté, la SNCF n'a pas proposé d'avoirs, mais a en revanche mutiplier les facilités de remboursement des billets achetés depuis mars 2020.

Défaut de remboursement : une vague d'enquêtes en Europe ?

British Airways et Ryanair sont visées par une enquête concernant le non-remboursement de billets pendant la pandémie. Les compagnies sont soupçonnés d’avoir enfreint la loi sur la protection des consommateurs. Les deux compagnies auraient uniquement proposé des avoirs alors que la loi prévoit que les clients ont droit à un remboursement dans les 14 jours. Ryanair plaide le « cas par cas » et un porte-parole de British Airways rappelle que la compagnie a accordé plus de 3 millions de remboursements pendant la crise.

« Des enquêtes équivalentes pourraient se tenir en France et en Europe car on a admis pendant la crise que les avoirs étaient équitables sans être légaux, juge le secrétaire général de la médiation du Tourisme, Khalid El-Wardi. Aujourd’hui les compagnies aériennes ont eu du temps pour se structurer et n’ont plus d’excuses. »