Bercy a reconnu avoir fait face à 2 000 piratages d’espaces personnels, sur impots.gouv.fr, cet été. La procédure de renouvellement de mot de passe a été modifiée pour la rendre plus sécurisée.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Le Canard enchaîné a révélé mercredi 21 août un « piratage à Bercy » : 2 000 « feuilles d’impôts trafiquées ». La Direction générale des Finances publiques (Dgfip) a confirmé l’information, tout en assurant avoir aidé les contribuables concernés à reprendre la main sur leur espace personnel. En cause, dans cette affaire : le piratage de la boîte mail de ces particuliers. Les fraudeurs ont ainsi pu initier un changement de mot de passe sur impots.gouv.fr.

Lire à ce propos : Les conseils du fisc pour éviter le piratage

Si Bercy s’est voulu rassurant dans sa communication, en affirmant qu’aucun contribuable n’a été lésé dans cette affaire, la Dgfip semble toutefois en avoir tiré une leçon : la procédure de renouvellement du mot de passe nécessaire à l’accès à « l’espace particulier » a été modifiée, comme l’a relevé Le Parisien. La nouveauté ? Si vous demandez de « renouveler votre mot de passe », vous devez désormais renseigner votre date de naissance. Une question supplémentaire qui, sans trop complexifier la démarche pour les contribuables, doit permettre de renforcer la sécurité du site. « Jusqu’à cet été, le degré de risque ne justifiait pas d'alourdir la procédure d'accès des usagers. Mais désormais, si », explique un porte-parole de la Dgfip au Parisien, avant de préciser : « Ce n’est qu’une première étape, que nous pouvions mettre en place rapidement dès cet été. Mais nous envisageons de renforcer encore davantage l’accès aux espaces personnels des contribuables avec, pourquoi pas, un code reçu par SMS ou la mise en place d'un système biométrique. »

Le fisc face aux incompréhensions liées à l'avis d’impôt 2019

La Dgfip constate une « légère hausse » de la fréquentation en centres d’impôt, selon des propos rapportés par le JDN, « en raison d’un besoin de pédagogie supplémentaire lié à l’année de transition ». L’administration fiscale a en effet distribué en août les avis d’impôt 2019 : ces derniers s’avèrent particuliers puisqu’ils portent sur la fameuse « année blanche » des revenus 2018, un crédit d’impôt spécifique (CIMR) effaçant la majeure partie de l’impôt à payer. En théorie, seuls les contribuables ayant perçu des revenus exceptionnels en 2018, et ceux qui ont touché une trop forte avance en janvier dernier, ont un solde à régulariser en septembre. Le fisc a donc mis en ligne une « foire aux questions » spécifique pour l’avis d’impôt 2019, et rappelle dans un communiqué la date limite pour régler le solde de l’impôt : le 16 septembre, ou le 21 septembre pour un paiement en ligne.

Lire aussi : Tout ce qui vous attend pour les impôts à partir de septembre