Plan du site Rechercher

Euro : comment l'Irlande va se débarrasser des petites pièces rouges

Tas de centimes d'euros
© Jackin - Fotolia.com

L’Irlande pourrait demander prochainement à ses commerçants d’arrondir systématiquement les prix payés par les consommateurs aux 5 centimes les plus proches. Objectif : réduire l’usage des pièces de 1 et 2 centimes, qui coûtent trop cher à produire par rapport à leur valeur faciale.

Depuis avril 2013, l’Irlande a lancé un « plan national pour les paiements » (National Payments Plan, ou NPP), une feuille de route destinée à moderniser les usages de paiement dans le pays. Parmi les mesures envisagées, l’Etat souhaite réduire la circulation des pièces de 1 et 2 centimes d’euros. Selon le NPP, l’intérêt de ces pièces a en effet baissé de plus de 20% depuis l’introduction de l’euro, début 2002, à cause notamment de l’inflation. Conséquence : les consommateurs qui n’en ont plus vraiment l’usage les retirent de leur portefeuille et les stockent chez eux, obligeant les banques à en mettre de nouvelles en circulation.

Le problème, c’est qu’elles coûtent cher à produire. « Une pièce de 1 centime coûte 1,65 centimes à produire. Celles de 2 centimes reviennent à 1,94 centimes l'unité » explique un un récent article de La Tribune sur le sujet. Selon la Commission européenne, entre 2002 et 2013, 45,8 milliards de pièces de 1 et de 2 centimes ont été produites (soit 137 par habitant). Sur la même période, la différence entre le prix payé par les Etats pour obtenir ces pièces et leur valeur faciale a été estimée à 1,4 milliard d’euros.

Arrondi aux 5 centimes les plus proches

L’Irlande, toutefois, ne peut pas décider unilatéralement de retirer ces pièces de la circulation. Cela relève en effet d’une décision commune européenne. La Commission européenne a d’ailleurs déjà planché sur le sujet en 2013, proposant 4 scénarios pour faire des économies sur la production de pièces, sans toutefois trancher. L’institution craignait notamment la réaction du grand public, qui risquait d’y voir une mesure inflationniste.

Lire aussi : La commission européenne réfléchit à une disparition des pièces de 1 et 2 centimes

Pour contourner cet obstacle, l’Irlande a choisi d’expérimenter, dans la petite ville de Wexford, la mise en place d’une nouvelle règle d’arrondi. On a demandé aux commerçants de cette ville d’arrondir systématiquement la note de leurs clients aux 5 centimes les plus proches. Le prix unitaire de chaque produit ne change pas, ce qui évite l’inflation, c’est le total qui est arrondi.

L’expérience semble avoir été un succès. L’initiative a au final convaincu les trois quarts des consommateurs et l’ensemble des commerçants de Wexford. Et l’Irlande est bien partie pour devenir prochainement le 4e pays de la zone euro à réduire l’usage des pièces de 1 et 2 centimes, après la Finlande, les Pays-Bas et la Belgique. En attendant la France ?

Partager cet article :

© cbanque.com / VM / Juin 2015

https://www.moneyvox.fr/actu/MoneyVox