Les pensions complémentaires des anciens salariés du privé ne seront pas revalorisées au 1er novembre, en raison de la crise économique provoquée par le Covid-19, a annoncé jeudi le régime de retraite Agirc-Arrco.

Les organisations syndicales et patronales qui gèrent la caisse de retraite des salariés du privé ont décidé d'appliquer à la lettre l'accord qu'ils ont signé en 2019. Les pensions versées par l'Agirc-Arrco à 13 millions de personnes sont en effet censées suivre chaque année au 1er novembre la hausse des prix ou des salaires, en s'alignant sur la moins favorable.

« L'évolution des salaires étant négative cette année, du fait du contexte économique exceptionnel lié à la crise sanitaire » et les pensions ne pouvant « en aucun cas diminuer en valeur absolue », les partenaires sociaux ont choisi de « maintenir le niveau des pensions » pour un an, explique l'Agirc-Arrco dans un communiqué.

Des choix plus difficiles pourraient suivre. La « valeur d'achat du point » de retraite, en principe indexée au 1er janvier sur le salaire moyen, n'a ainsi pas été arrêtée. « Les partenaires sociaux ont souhaité reporter sa fixation », sachant qu'un point moins cher pour les cotisants génère en fin de carrière plus de droits pour les futurs retraités et donc plus de dépenses.

Or, les comptes du régime sont dans une « situation dégradée », avec une lourde perte attendue cette année, qui remet en cause son objectif constant de disposer de 6 mois de réserves à horizon de 15 ans.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 350 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Les dernières projections réalisées ne permettent plus de réunir les conditions » pour y parvenir, indique l'Agirc-Arrco, qui a « saisi les partenaires sociaux » sur ce point.