Les jeunes doivent être incités à épargner pour leur retraite le plus tôt possible, a suggéré mardi l'Association française de la gestion financière (AFG), dans le cadre de propositions visant à développer l'épargne longue pour compléter les pensions et mieux financer l'économie.

Selon l'AFG, si un jeune de 25 ans verse 30 euros par mois dans le plan PERCO (plan d'épargne pour la retraite collectif) mis en place dans son entreprise, et que l'employeur en verse autant, il obtiendra un capital de 55.000 euros à l'âge de 60 ans, soit un complément de 180 euros par mois s'il choisit une rente viagère.

En revanche, si le salarié ne commence à épargner que 10 ans avant la retraite, il sera obliger d'épargner 5 à 7 fois plus pour obtenir le même résultat.

Instaurer une « prime pour la retraite des jeunes »

« 30 euros par mois, c'est le prix d'une séance de cinéma et d'une pizza », a-t-on indiqué à l'AFG, en ajoutant que les jeunes rechignent actuellement à épargner pour leur retraite, car ils pensent qu'il faut investir beaucoup, alors qu' « épargner peu mais pendant longtemps permet de limiter les cycles boursiers », a indiqué pour sa part Paul-Henri de La Porte du Theil, président de l'AFG. Selon lui, investir en actions reste rentable, en dépit des aléas de ces dix dernières années. Des études menées sur les performances boursières depuis le 19ème siècle ont montré qu'investir en bourse est toujours rentable, sur une période de 20 ans.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Pour inciter les jeunes à épargner, l'AFG propose que l'Etat verse directement sur leur plan d'épargne retraite un complément pendant quelques années, pour lancer le mouvement. Ce complément, indique l'association, pourrait être baptisé « Prime pour la retraite des jeunes », et être limité à 300 euros par an. Cette mesure coûterait environ 300 millions d'euros pas an au budget de l'Etat, selon les calculs de l'AFG.