Nicolas Sarkozy a regretté que l'ancien président François Mitterrand ait abaissé l'âge de la retraite de 65 à 60 ans, estimant qu'"on aurait eu beaucoup moins de problèmes" s'il s'était abstenu, a dit mercredi un élu UMP à l'AFP, confirmant des propos rapportés dans la presse.

Ces propos, tenus par le chef de l'Etat mardi lors d'une réunion avec des militants UMP dans l'Oise, étaient amplement commentés à gauche mercredi.

« Il faut quand même se rappeler que c'est François Mitterrand qui a abaissé l'âge de la retraite de 65 à 60 ans. Entre ça et les 35 heures, on aurait eu beaucoup moins de problèmes » si François Mitterrand, puis les socialistes, s'étaient abstenus, a dit M. Sarkozy, selon un élu UMP qui assistait au meeting.

Vers une nouvelle candidature en 2012

Evoquant sa « passion » pour la politique, M. Sarkozy a également affirmé qu'il avait « à nouveau besoin » des militants UMP. « Pour nous, c'est clairement un pas de plus vers une nouvelle candidature en 2012 », a affirmé cet élu.

Le président de la République n'avait plus fait de meetings avec des militants UMP depuis plusieurs mois. Mardi, il a profité d'un déplacement à Beauvais sur le thème de l'absentéisme et des violences scolaires pour assister à une réunion de militants, qui a rassemblé quelque 1.200 personnes, selon l'UMP.

« Trois millions de personnes dans la rue »

Ce n'est pas la première fois que le président Sarkozy dénonce la politique des retraites de François Mitterrand. Il y a quelques jours, il a ainsi confié à plusieurs interlocuteurs que « si Mitterrand n'avait pas fait la bêtise de ramener la retraite de 65 à 60 ans, à rebours de ce que faisaient les autres, on n'aurait pas à le faire » (à revenir en arrière, ndlr).

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

Toujours sur la réforme des retraites, l'exécutif s'attend à un fort mécontentement populaire « une fois fixé le nouveau seuil du départ légal à la retraite », ont rapporté plusieurs élus. « Le président Sarkozy m'a dit qu'il pourrait y avoir trois millions de personnes dans la rue » à ce moment-là, a confié l'un d'eux à l'AFP.