Bernard Sagez, responsable de la CFTC-Fonction publique s'est déclaré lundi "plutôt inquiet" des conséquences d'une réforme des retraites sur la pension des fonctionnaires, à la sortie de son entretien avec le ministre du Travail Eric Woerth.

La CFTC était le deuxième syndicat de la Fonction publique à être reçu lundi, après FO et avant la CGT, par le ministre et son secrétaire d'Etat George Tron, dans le cadre des consultations sur les retraites. MM. Woerth et Tron avaient déjà rencontré jeudi quatre syndicats de fonctionnaires (Unsa, CFDT, FSU et CGC). Solidaires sera reçu à son tour mardi.

"On est plutôt inquiet des résultats que (la réforme) pourrait produire sur la pension des différents agents de la Fonction publique", a reconnu M. Sagez. Selon lui, "dans la situation actuelle, on ne peut pas remettre en cause le calcul de la retraite" des fonctionnaires, basé sur les six derniers mois (hors prime), contre les 25 dernières années dans le secteur privé.

"Si on voulait remettre en cause ce dispositif, il faudrait tout mettre sur la table, parce qu'il n'y a pas les mêmes conditions de calcul", a-t-il insisté.

"On constate qu'entre le privé et le public, il n'y a pas tant de différences que ça", notamment si on compare les taux de remplacement ((pourcentage de la retraite par rapport au salaire d'activité) des deux régimes, a-t-il ajouté, estimant qu'il ne fallait pas "mettre en exergue" un secteur par rapport à un autre.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

La CFTC pour "une retraite à la carte"

Pour M. Sagez, "il ne s'agit pas d'aller chercher (le financement, ndlr) chez les fonctionnaires ou le secteur privé. Tout le monde doit avoir une retraite décente, qu'on soit dans la Fonction publique ou le secteur privé". "On est plutôt dans le flou. On ne peut pas dire qu'il y a des points de blocage, car le ministre ne propose pas grand chose dans l'immédiat", a-t-il estimé.

"On est dans un dispositif où on essaie de comparer les différents systèmes de retraite, voir s'il y a des différences, voir si on peut les justifier. C'est la méthode Coué", a-t-il ironisé, ajoutant que "cette méthode ne nous rassure pas.

Il a rappelé que la CFTC était "pour une retraite à la carte", qui signifie que "chacun sait où il en est à un moment où il veut prendre sa retraite".