Le ministre du Travail Eric Woerth, en charge de la réforme des retraites, a déclaré jeudi vouloir "bien regarder" si les différences dans ce domaine entre les secteurs public et privé sont "équitables", laissant entendre que ce n'était pas le cas à chaque fois.

« Je veux faire quelque chose qui soit efficace et qui soit juste. Moi, vraiment, mon obsession, c'est la justice », a déclaré à la presse M. Woerth, après la fin de sa première série d'entretiens avec les syndicats de fonctionnaires sur la réforme des retraites qu'il prépare.

Le ministre a estimé que le fait « qu'il y ait des règles différenciées n'est pas en soi choquant ». « Ce qui compte, c'est de bien regarder si elles sont bien d'actualité, si elles sont équitables, si, au fond, les Français les acceptent. Je ne veux pas qu'apparaissent des iniquités », a-t-il dit.

M. Woerth a pris l'exemple de « la pénibilité » qui donne droit dans certaines professions à un départ en retraite anticipée. « Quand vous soulevez dix kg de ciment, est-ce que ça pèse plus lourd quand on est dans le public ou quand on est dans le privé ? (...) Le parpaing public pèse le même poids que le parpaing privé », a-t-il relevé.

Selon M. Woerth, « la pénibilité fait partie des points sur lesquels on peut converger, c'est-à-dire avoir des règles comparables entre le public et le privé ».

« Tenons compte de la différence entre le privé et le public et faisons en sorte que les régimes de retraite, s'ils sont différents, ne soient que la traduction de cette différence. Mais cette différence doit être claire et nette, précise », a résumé le ministre.

Comparatif livrets d'épargne : 8 offres comparées, jusqu'à 3% de rendement

Parmi les points sur lesquels il a trouvé les syndicats « ouverts », M. Woerth a cité aussi « l'emploi des seniors » et « les régimes familiaux », c'est-à-dire les avantages familiaux pour la retraite.

Il a dit trouver les syndicats « plus fermés » sur « la règle symbolique de calcul » de la retraite sur les six derniers mois de traitement.

S'agissant des régimes spéciaux, publics et privés, M. Woerth a jugé que « le sujet a été très largement abordé » lors de la réforme de 2007. « Beaucoup a été fait, ils sont en train de converger vers le système général », a-t-il ajouté.