Elles en ont fait du chemin depuis la création du bitcoin, en 2009. Pourtant, les cryptomonnaies peinent encore à convaincre les Français.

Les investisseurs tricolores n'ont pas peur des paradoxes. D'après le baromètre « Crypto Pulse », réalisé par la plateforme Bitstamp et dévoilé ce mardi 26 avril par Le Parisien, 40,2% des entreprises et 60,5% des particuliers interrogés en France considèrent que les cryptomonnaies sont un investissement « peu fiable ». Et seuls 13,2% des sondés les jugent « très fiables ».

Un manque de confiance qui n'empêche pas les Français de reconnaître l'intérêt des actifs numériques, puisque 49% d'entre eux estiment que les cryptomonnaies pourraient surpasser les devises classiques dans les 10 prochaines années.

Bitcoin : les sites sécurisés pour trader dans notre comparatif exclusif

En somme, les Français se montrent prudents, voire franchement sceptiques. Par contraste, deux tiers des répondants à l'international (67%) estiment que les cryptomonnaies sont un investissement fiable. C'est particulièrement le cas dans les pays émergents d'Amérique latine, d'Afrique ou d'Asie du Sud-Est. Mais aussi, dans une moindre mesure, en Allemagne et au Royaume-Uni.

La France, pourtant, est souvent considérée comme un pays favorable au développement des cryptomonnaies. L'Hexagone a notamment donné naissance à deux poids-lourds du secteur : Ledger, qui conçoit et commercialise des portefeuilles physiques (hard wallets) pour stocker des cryptomonnaies, et SoRare, un jeu de fantasy football, dans lequel les joueurs achètent, vendent et échangent des cartes de joueur sous forme de NFT.

Epargne : pourquoi investisseurs, artistes et célébrités se ruent sur les NFT

Flou juridique

Plus récemment, une étude de l'Association pour le développement des actifs numériques (Adan) a révélé que 8% des Français ont déjà investi dans les cryptomonnaies. A titre comparaison, ils ne sont que 6,7% à détenir des actions boursières en direct.

Mais alors, comment expliquer cette défiance à l'égard des cryptomonnaies ? « Il manque encore suffisamment d'éducation et de formation pour créer de l'appétence chez les investisseurs particuliers, mais aussi d'une réglementation claire en Europe. Elle devrait arriver d'ici un an et demi à deux ans », explique Jean-Baptiste Graftieaux, patron Europe de Bitstamp, pour Le Parisien. « Enfin, il n'y a pas encore assez de commerçants en France pour les utiliser dans la vraie vie », complète-t-il.

Malgré ces obstacles, le chemin parcouru par les cryptomonnaies depuis leur apparition en 2009 reste indiscutable. D'après une autre étude, réalisée par la banque Wells Fargo, la courbe d'adoption des actifs numériques n'est d'ailleurs pas sans rappeler celle d'internet dans les années 1990.

Bitcoin : où et comment en acheter ? Conseils et comparatif des plateformes

(1) Étude conduite en février 2022 auprès d'un panel de 28 563 répondants répartis dans 23 pays, dont 1002 particuliers et 250 institutions en France.