Le gouvernement veut ouvrir le bénéfice du PEA-PME aux titres financés via des plateformes de financement participatif, a indiqué jeudi le secrétaire d'Etat au numérique Mounir Mahjoubi.

Le gouvernement va également relever à 8 millions d'euros le montant autorisé pour le financement participatif, contre 2,5 millions actuellement, dans le cadre de son plan d'action 2018 en faveur des start-up, a-t-il indiqué. Ces mesures figurent dans un plan récapitulant 100 mesures gouvernementales cette année en faveur des jeunes pousses, présenté au salon VivaTech par le secrétaire d'Etat.

Parmi ces mesures figure aussi une disposition du projet de loi Pacte (plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises), que le gouvernement est en train de finaliser, prévoyant d'assouplir les seuils de 11, 20 et 50 salariés dont le franchissement génère de nouvelles obligations pour les entreprises. Un seuil sera considéré comme franchi « uniquement lorsque celui-ci a été atteint ou dépassé pendant cinq années civiles consécutives », a indiqué le secrétariat d'Etat au numérique.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Le gouvernement va aussi relever cette année à 100.000 euros (contre 25.000 euros aujourd'hui) le seuil d'exonération des procédures de marchés publics pour les PME innovantes, dans le cadre d'une expérimentation de trois ans. Il a également renforcé le 3 mai le dispositif France Expérimentation, « qui permet à toute start-up de demander, à tout moment, un droit à déroger à un règlement ou à une loi en place pour déployer un nouveau business model ».

VivaTech, organisé par Publicis et le groupe Les Echos, accueille des milliers de start-up jusqu'à samedi à la porte de Versailles à Paris. Emmanuel Macron a visité jeudi matin ce salon où 80.000 personnes sont attendues.