L'assureur français Axa a indiqué lundi qu'il visait 15 à 20% du marché des futurs « fonds de pension à la française » annoncés vendredi par le ministre de l'Economie Emmanuel Macron.

« Nous avons une part de marché qui est très importante en termes de retraite collective, entre 15 et 20 milliards. Donc on peut avoir entre 15 et 20% des 130 milliards », a déclaré à l'AFP Nicolas Moreau, président-directeur général d'Axa France, après une conférence de presse sur les nouvelles orientations de l'épargne de l'assureur français.

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a annoncé vendredi qu'il souhaitait la mise en place de nouvelles règles pour permettre aux gestionnaires de retraites supplémentaires d'entreprise de financer plus facilement l'économie réelle. Ce sont ces fonds relevant de régimes supplémentaires collectifs, évalués à environ 130 milliards d'euros, dont il est question dans cette proposition d'Emmanuel Macron.

Un projet « formidable »

« Je trouve cela formidable. On avait éventuellement le projet de se mettre au Luxembourg pour faire ça. On va pouvoir rester en France puisqu'il y a ce trou réglementaire qui va être comblé », a commenté le PDG d'Axa France. « Il faut que l'on fasse le tri dans l'ensemble de nos contrats de retraite collective et qu'on lance éventuellement de nouveaux produits », a-t-il précisé.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Pour le reste, Axa a détaillé ses ambitions : passer de 8 à 10 milliards de collecte annuelle d'épargne d'assurance-vie d'ici 2020 et doubler la collecte en épargne retraite à 1,3 milliard d'euros. « On pense que pour les années à venir on va rester sur des taux bas, ce qui va amener des changements dans les habitudes des clients », a jugé Nicolas Moreau.