Six parents français sur dix estiment que leurs enfants doivent viser « au moins un diplôme du supérieur de premier cycle pour avoir une vie épanouie ». Reste à financer ces études.

Les parents souhaitant voir leur progéniture devenir étudiant sont quasiment tous (97%) prêts à mettre la main au pot pour contribuer aux frais de scolarité « et/ou frais du quotidien ». Mais ils ne veulent pas forcément assumer seuls cette charge financière selon une étude récente réalisée pour HSBC (1).

Ainsi, 26% des sondés ayant des enfants dans le primaire ou le secondaire souhaitent les voir participer au paiement des futurs frais de scolarité. Comment ? 28% des personnes interrogées pensent que leurs futurs étudiants devront travailler pour en payer une partie. Et trois parents sur dix attendent que leurs enfants contractent un crédit, de préférence un prêt étudiant, pour financer leurs études lorsque cela sera nécessaire.

Compliqué d’épargner pour payer les études

En prévision, la majorité des parents (51%) ayant un enfant en maternelle estiment qu’il leur sera nécessaire de puiser dans leurs économies pour payer leurs études universitaires. Cependant, dans les faits, seuls 22% des sondés étant déjà confrontés aux frais de l’enseignement supérieur se servent dans leur épargne.

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Le problème vient souvent d’une incapacité à mettre suffisament d'argent de côté. Alors 28% des parents d’enfants en maternelle se voient d’ores et déjà contracter eux-mêmes un crédit pour financer les études de leurs enfants. Un emprunt qu’ils estiment devoir rembourser pendant 5 à 6 ans par la suite.

(1) Etude mondiale « Apprendre pour la vie ». Les résultats évoqués dans cet article portent sur la France, où un échantillon représentatif de 300 parents a été sondé sur en ligne par Ipsos MORI en mars et avril 2015. Pour ce panel ont été sélectionnés des Français « qui ont un enfant âgé de 23 ans au maximum, actuellement ou prochainement scolarisé, et qui sont entièrement ou partiellement responsables des décisions liées à l'éducation de leurs enfants ».