L'inflation annuelle 2021 va établir son plus haut niveau en 10 ans ! Voici plusieurs conséquences automatiques, ou semi-automatiques.

Poussée par la flambée des coûts de l'énergie et des carburants, les prix à la consommation ont augmenté de 2,8% sur un an selon l'Insee, qui a publié hier les données définitives de l'inflation pour novembre. A l'occasion de la publication de sa note de conjoncture, mardi 14 décembre, l'Insee a souligné que la barre des 3% a peu de chances d'être dépassée à court terme, l'inflation de 2,8% en novembre étant probablement un pic. Mais l'Insee s'attend à ce que l'indice des prix à la consommation (IPC) se maintienne « au-dessus de 2,6% » au cours des 6 prochains mois.

Même si la mesure de l'inflation sur une année pleine diverge légèrement de celle de l'IPC mis ainsi à jour chaque mois, le suspense est quasi inexistant : l'inflation de l'année 2021 sera très probablement supérieure à 2,5%, ce qui marquera un plus haut depuis 2008, quand l'inflation était remontée à 2,8% suite à la crise financière des subprimes. De quoi enclencher plusieurs revalorisations automatiques...

Smic, taxe foncière... C'est automatique

Smic. L'institut de la statistique a tablé mardi, lors de la conférence de presse dédiée à sa note de conjoncture, sur une hausse du Smic de 0,9% au 1er janvier 2022. L'estimation a été confirmée dès le lendemain, suite à la publication de l'IPC de novembre : la formule de calcul s'enclenche une deuxième fois en l'espace de quatre mois (+2,2% en octobre), automatiquement, au 1er janvier 2022. La hausse sera bien de 0,9%, portant le Smic brut horaire à 10,57 euros (contre 10,48 actuellement et 10,25 en début d'année). Le Smic brut mensuel atteindra 1 603 euros pour 35 heures travaillées par semaine, passant la barre des 1 600 euros bruts mensuels pour la première fois, et ce 3 ans après avoir passé la barre des 1 500 euros bruts. Le Smic net mensuel passera à 1 269 euros en janvier, contre 1 258 euros à ce jour.

Taxe foncière. Parmi les nombreuses formules indexées sur l'inflation figure la valeur locative cadastrale (VLC, loyer théorique annuel d'un logement), qui sert de base au calcul de la taxe foncière. Or la VLC est revalorisée depuis 2018 selon l'évolution sur un an de l'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH). Verdict de l'Insee : en novembre, l'IPCH augmente de 3,4% ! Résultat, la base de calcul de la taxe foncière sera en hausse de 3,4% en 2022, en sachant bien évidemment que d'autres éléments entrent dans le calcul de cet impôt local, dont les taux communaux et intercommunaux qui sont eux aussi susceptibles d'augmenter. A savoir : cette revalorisation de 3,4% touche aussi la taxe d'enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

Impôts locaux 2022 : coup de massue pour les contribuables

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Livret A, loyers... C'est (presque) automatique

Livret A. Pour le Livret A, et par ricochet pour l'ensemble des livrets d'épargne réglementée (LDDS, LEP, CEL, etc.), la révision du taux peut se faire chaque année à deux échéances : au 1er février et au 1er août. Cette révision se fait sur la base d'une formule de calcul intégrant l'inflation annuelle hors tabac - lissée sur 6 mois afin d'éviter les soubresauts - et un taux d'intérêt interbancaire, l'€ster. Pour cette formule de calcul, il faudra attendre mi-janvier et l'IPC définitif de décembre pour connaître précisément le résultat. A ce stade, une application stricte de la formule ferait porter le taux à 0,8% en février. Le suspense porte plus sur l'aspect politique : le gouvernement décidera-t-il d'appliquer une hausse moindre à celle voulue par la formule de calcul ou donnera-t-il un coup de pouce en fixant le taux à 1% ?

Taux du Livret A : 3 scénarios pour une hausse

Indice des loyers. L'indice des prix à la consommation a une incidence directe et automatique sur l'indice de référence des loyers (IRL). Mis à jour chaque trimestre, l'IRL du 4ème trimestre 2021 sera dévoilé par l'Insee mi-janvier et peut servir de base à la révision annuelle de loyer. L'IRL publié mi-octobre 2021, à 131,67, était en hausse de 0,83% : le prochain indice devrait à nouveau augmenter. Sur cette base, certains propriétaires bailleurs peuvent revaloriser le loyer réclamé à leurs locataires, comme l'explique l'Anil (1) : « L'indice de référence applicable figure en principe dans le contrat de location. À défaut, c'est le dernier indice publié à la date de signature du bail qui doit être pris en compte. »

Retraite. +1,1% : voici le taux de revalorisation des pensions de retraite de base qui s'appliquera au 1er janvier 2022. Pourquoi 1,1% et pas 2% ou plus afin de suivre l'inflation ? Premier élément d'explication : c'est l'IPC d'octobre 2021 (+2,6%, tout de même...) qui est pris en compte. Second élément, plus important : la formule de calcul se base sur le rapport entre la moyenne annuelle de l'IPC hors tabac de deux périodes, celle allant de novembre 2019 à octobre 2020 et celle allant de novembre 2020 à octobre 2021. Une règle de revalorisation annuelle qui aboutit cette fois à +1,1%, ce qui apparaît effectivement comme désavantageux pour les retraités face à une inflation frisant les 3%.

Des revalorisations gelées ou limitées

Epargne retraite. Le plafond de versements déductibles en épargne retraite se base sur le plafond de la Sécurité sociale. Ce dernier est inchangé en 2022 (41 136 euros, soit 3 428 euros mensuels, comme en 2021), comme l'annonce l'Urssaf dans une actualité. Concernant le plan d'épargne retraite (PER), le plafond annuel maximal de dépôts déductibles restera donc à 32 419 euros (plafond reportable pendant 3 ans).

Barème de l'impôt sur le revenu. Le barème 2022 figurant dans le projet de loi de finances pour 2022, voté définitivement le 15 décembre par l'Assemblée nationale, n'a pas été modifié depuis la version initiale du budget 2022. Or, entre temps, l'inflation a poursuivi son rebond. Les seuils du barème de l'impôt 2022 (qui s'appliquera aux revenus 2021, pour l'impôt à payer en 2022) sont en hausse de 1,4%. Pour rappel, de façon assez contre-intuitive, une hausse des seuils du barème est plutôt une bonne nouvelle pour les contribuables, puisqu'une augmentation des seuils recule le niveau de revenus à partir duquel vous êtes imposé. In fine, cette revalorisation du barème moindre à l'inflation - hausse de 1,4% alors que l'inflation dépasse 2,5% - est donc plutôt défavorable aux foyers soumis à l'impôt sur le revenu.

Epargne : 7 placements pour vous protéger de l'inflation

(1) Agence nationale pour l'information sur le logement. L'Anil détaille la formule de calcul pour une révision de loyer : « loyer hors charge x IRL applicable à la date de révision / IRL de l'année n-1 ».