Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, a salué mardi la prudence d'Emmanuel Macron sur l'âge pivot pour les retraites mais attend « les concertations » avec le Premier ministre « pour voir comment ça va bouger ».

Prêt travaux : les crédits les moins chers pour votre maison

« Il y a eu une annonce hier du président de la République, il a dit que l'âge pivot était une erreur, n'était pas une bonne chose en tout cas », a-t-il lancé au sortir d'une entrevue à Matignon avec les organisations à l'initiative du « Pacte du pouvoir de vivre ». « Tant mieux, on l'avait dit aussi, donc maintenant on verra », a-t-il ajouté. Le chef de l'Etat a indiqué lundi soir sa préférence, dans le projet de refonte du système des retraites, pour un calcul des droits à la retraite lié à la durée de cotisation plutôt qu'à l'âge de départ.

« On attend les concertations avec le Premier ministre la semaine prochaine, pour regarder comment ça va bouger », a ajouté Laurent Berger, sans vouloir s'étendre davantage sur le sujet. Les 5 et 6 septembre prochain, les partenaires sociaux seront reçus à Matignon, tandis qu'un processus de « concertation citoyenne » doit être lancé à l'automne. Les syndicats ont rejeté l'hypothèse d'un âge de « taux plein » à 64 ans pour tous, y compris la CFDT qui y a vu un « point rouge ».