Le bénéfice d'une retraite à taux plein à 65 ans sera maintenu sous conditions pour certains aidants familiaux, ainsi que pour des personnes handicapées et des parents de trois enfants, selon un décret paru jeudi au Journal officiel.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

La réforme des retraites, promulguée en novembre dernier, relève de 65 à 67 ans l'âge auquel les assurés bénéficient du taux plein pour leur pension, quelle que soit leur durée de cotisation. Fixé aujourd'hui à 65 ans, cet âge passera progressivement à 67 ans de 2016 à 2023.

Trois catégories d'assurés

Mais la loi prévoit le maintien, sous certaines conditions, à 65 ans pour trois catégories d'assurés : des aidants familiaux, des personnes handicapées et des parents nés entre le 1er juillet 1951 et le 31 décembre 1955, qui ont eu ou élevé au moins trois enfants.

  • Les aidants familiaux visés par ce dispositif devront justifier d'une interruption de l'activité professionnelle d'au moins trente mois consécutifs, précise le décret publié au JO.
  • Les assurés handicapés devront présenter, de leur côté, une incapacité d'au moins 50%, assortie d'une restriction substantielle et durable pour l'accès à l'emploi.
  • Enfin, les parents de trois enfants des générations 1951 à 1956, qui ont interrompu ou réduit leur carrière professionnelle en raison de leurs obligations familiales, sont soumis à deux conditions pour le maintien du taux plein à 65 ans. Ils devront d'une part avoir validé au plus huit trimestres lors de l'année de naissance ou d'adoption et des deux ou trois années suivantes, et, d'autre part, avoir validé au moins huit trimestres avant l'interruption ou la réduction de leur carrière professionnelle.