Les particuliers qui minent du bitcoin se font rares en France. En cause : la hausse des coûts de l'électricité, et la concurrence féroce que se livrent les professionnels du secteur. Pourtant, il est toujours possible de gagner de l'argent grâce au minage de cryptomonnaies.

« Au début des années 2010, lorsque le bitcoin était encore inconnu du grand public, n'importe qui pouvait miner du bitcoin depuis son garage à l'aide d'une simple carte graphique », se souvient Julien Gourlet, fondateur d'Ilium, une plateforme de minage française. Aujourd'hui, le secteur se professionnalise. Mais il reste possible pour un particulier de générer des revenus grâce au minage. A condition de bien optimiser la rentabilité de votre opération.

Pour bien comprendre de quoi on parle, certaines cryptomonnaies comme le bitcoin fonctionnent grâce à la preuve de travail (Proof of Work), un mécanisme qui consiste à sécuriser les transactions d'une blockchain en faisant appel à des mineurs. Concrètement, ces derniers mobilisent de la puissance de calcul pour essayer de résoudre des équations cryptographiques. Lorsqu'un mineur parvient à résoudre une équation, il obtient le droit de valider un nouveau bloc, et il reçoit une récompense.

Dans le cas du bitcoin, la récompense est actuellement de 6,25 bitcoins par bloc miné, soit environ 125 000 euros. Ces perspectives de gains ont encouragé de nombreux acteurs à miner des cryptomonnaies. Mais dans les faits, le minage n'est pas toujours une activité rentable.

Bitcoin : les sites sécurisés dans notre comparatif exclusif

7 centimes par kWh

La rentabilité des mineurs dépend de plusieurs facteurs. A commencer par le prix de l'électricité. Car le minage est une activité très énergivore. « Une étude récente a montré qu'une seule transaction bitcoin consomme environ 2 165 kWh d'électricité. Soit autant que ce qu'un ménage ordinaire aux États-Unis utiliserait en 74 jours », indique Jonathan Merry, le PDG de CryptoMonday. Selon lui, environ 75% des revenus des mineurs serviraient à couvrir leurs coûts en énergie.

« Pour qu'un projet de minage professionnel soit rentable, il faut généralement viser un coût de l'électricité inférieur à 7 centimes par kWh. Or il est difficile d'atteindre ce palier en France, où le prix moyen de 1 kWh est d'environ 17 centimes actuellement », explique Julien Gourlet. Résultat ? Les mineurs français préfèrent souvent poser leurs valises dans des pays où l'électricité est bon marché, comme l'Islande, le Kazakhstan ou les Etats-Unis. Pour faire baisser la facture, beaucoup se tournent également vers l'énergie verte, qui leur coûte moins cher que l'énergie carbonée. En juillet 2021, 56% des activités de minage avaient recours à des énergies renouvelables, selon les estimations du Bitcoin Mining Council. Biglock Datacenter, une société de minage française, consomme quant à elle 95% d'électricité verte.

Autre méthode des mineurs pour réduire le coût de l'énergie : certains d'entre eux rachètent les surplus d'énergie des producteurs à des tarifs préférentiels. « Faute de pouvoir la stocker, cette énergie serait perdue », indique Julien Gourlet, pour qui « les mineurs ont su trouver leur place dans la chaîne de production de l'énergie » au cours des dernières années, loin de l'image de « consommateurs compulsifs d'énergie » qu'on leur attribue souvent.

Toutefois, si vous êtes un particulier, il est souvent difficile de trouver des sources d'énergie suffisamment abordables pour assurer la rentabilité de votre projet de minage. L'option la plus simple consiste alors souvent à vous tourner vers des sociétés comme Start Mining ou Gwensas. Moyennant une commission de 10 à 15%, ces acteurs proposent d'héberger votre machine dans l'une de leurs fermes de minage, souvent situées à l'étranger. Ainsi, vous accédez à une électricité à bas prix, et vous n'avez pas à vous occuper de la maintenance de votre machine.

Bitcoin : comment repérer les plateformes et projets cryptos sérieux

Choix du matériel

Plus vous disposez d'une puissance de calcul élevée, plus vous avez de chances de résoudre les équations (et de remporter la récompense). C'est pourquoi le choix de la machine avec laquelle vous allez miner est déterminant. La plupart des mineurs de bitcoin utilisent des processeurs spécifiquement conçus pour cela : les Asics (pour Application-specific integrated circuit).

« On peut se procurer une machine de minage à partir de 1 500 euros », estime Julien Gourlet. Mais ce prix peut rapidement grimper à plus de 8 000 euros pour les machines les plus performantes. « Globalement, plus une machine est puissante et moins elle consomme d'électricité, plus elle risque de coûter cher », résume le spécialiste. « Ce qu'il faut regarder avant tout, c'est l'efficience énergétique de votre machine, c'est-à-dire le ratio entre sa puissance de calcul (ou hashrate) et sa consommation énergétique ».

Autre option : le cloud mining, une pratique qui consiste à louer de la puissance de calcul sur une période déterminée pour miner des cryptomonnaies sans investir dans votre propre matériel. Toutefois, la pratique n'est pas sans risques. « Les contrats de cloud mining vous engagent généralement sur plusieurs mois. Si durant ce laps de temps, le cours de la crypto que vous avez choisie de miner s'effondre, vous risquez de perdre de l'argent », prévient Julien Gourlet.

Bitcoin, dogecoin, ether... Ce que vous devez déclarer aux impôts en 2022

Rentabilité des mineurs

Selon certains fournisseurs, il faut compter entre 13 et 15 mois pour amortir le coût d'une machine de minage. Toutefois ce chiffre n'est donné qu'à titre indicatif, et dépend notamment du prix de l'énergie, du cours de la cryptomonnaie que vous souhaitez miner, ainsi que de la difficulté de minage, c'est-à-dire le niveau de concurrence entre les mineurs.

Pour amortir en l'espace de deux ans une machine de 100 terahash/seconde achetée 9 000 dollars et capable de miner en moyenne 0,008321 bitcoin par mois, avec une électricité à 0,05 dollars par kWh, il faudrait que le cours du bitcoin atteigne 45 000 dollars, estimait par exemple BFM Crypto dans un récent article. Pour l'instant, on en est loin : la reine des cryptomonnaies évolue actuellement autour des 20 000 euros.

Le coût des machines de minage est d'ailleurs fortement corrélé avec celui des cryptomonnaies. Et pour cause : lorsque le cours du bitcoin chute, la rentabilité des mineurs suit. Fin 2021, les mineurs pouvaient espérer gagner 85 dollars par terahash/seconde, contre 35 dollars aujourd'hui, soit plus de deux fois moins.

Résultat : certains décident de revendre leurs machines, faute de pouvoir dégager une rentabilité suffisante. Lors du récent plongeon du bitcoin, la plateforme 01.net a par exemple relevé une baisse de -21% sur le prix des cartes graphiques AMD ou Nvidia d'occasion. Le même phénomène avait été observé en 2018, lorsque le cours du bitcoin s'était effondré en l'espace de quelques semaines.

Bitcoin au plus bas, stablecoins dépréciés : pourquoi parle-t-on de « carnage crypto » ?

Miner à plusieurs

Autre point à prendre en compte : si vous minez seul, il peut s'écouler plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années avant que vous ne parveniez à miner votre premier bloc. Car vous serez en concurrence avec de nombreux mineurs. Pour contourner cette difficulté, plusieurs mineurs décident de s'associer entre eux au travers de « pools de minage ».

Concrètement, les membres d'un pool de minage agrégent leur puissance de calcul pour augmenter leurs chances de miner des blocs. Les bénéfices générés sont ensuite redistribués entre les membres du pool proportionnellement à la puissance de calcul apportée par chacun d'entre eux. Ainsi, vous êtes payé tous les jours, ou toutes les semaines si vous êtes vraiment un petit mineur.

« Rejoindre un pool de minage est très facile. Il suffit d'installer un logiciel et de sélectionner le pool de votre choix en fonction de critères comme la rentabilité, la proximité, la stabilité. Le pool de minage prélève généralement 1 à 3% de frais de service, mais en contrepartie ces structures vous assurent une meilleure visibilité sur vos revenus », détaille Julien Gourlet.

Que vous décidiez de vous lancer en solo ou via un pool de minage, avant d'investir dans un projet, prenez le temps de vous renseigner sur les risques liés à cette activité. Vous pouvez également simuler la rentabilité de votre opération à l'aide de sites comme Cryptocompare.

Bitcoin : où en acheter ? Conseils et comparatif des plateformes