Les simulateurs de performances futures peuvent afficher des « informations potentiellement trompeuses » ou « trop optimistes », selon l’AMF. L’autorité lance une consultation publique pour encadrer ces « outils de pédagogie ».

L’Autorité des marchés financiers (AMF) « a constaté la multiplication d’offres d’outils de simulation de performances futures, directement accessibles en ligne ou mis à disposition des conseillers en agences, proposées par des acteurs traditionnels ou non, en vue de la commercialisation de solutions d’épargne (instruments financiers, mandats de gestion, etc.) », explique un communiqué, diffusé jeudi. Ces outils permettent à l’investisseur potentiel de « faire lui-même son propre bilan », avant de réaliser des simulations en prenant en compte ses versements habituels, son profil de risque, etc.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 400 € grâce à notre comparatif des assurances vie

« Or, parfois, les éléments diffusés laissent apparaître des informations potentiellement trompeuses et/ou trop optimistes », estime l’AMF, qui juge que la réglementation doit « être clarifiée ». L’autorité annonce donc le lancement d’une consultation publique (1), jusqu’au 20 janvier 2017, sur le mode d’encadrement des actions proposant ce type de simulateur sur internet. Parmi les propositions de l’AMF : l’extension à ces acteurs des « bonnes pratiques » déjà applicables aux conseillers financiers, le fait d’opter pour les « hypothèses de marché réalistes » ou l’insertion d’un message standardisé de mise en garde.

Extrait du message standardisé proposé par l’AMF

« L’illustration graphique présentée ne constitue pas une prévision de la performance future de vos investissements. Ce graphique est basé sur des estimations propres à la société [Nom de l’acteur] et a une vocation pédagogique permettant d’illustrer les mécanismes de votre investissement. (…)

Le scénario le plus défavorable ne constitue pas une mesure fiable de votre perte maximale possible ; la perte maximale est même susceptible de représenter l’intégralité du capital investi. (…) »

(1) Consultation publique accessible sur le site de l'AMF.