Avant la crise financière, les 7 millions de Plans d’épargne en actions rassemblaient 120 milliards d’euros. Mi-2016, l’encours est retombé sous les 80 milliards, pour 4,5 millions de plans. Et le PEA-PME peine à séduire.

La désaffection des Français pour les actions n’a rien d’une surprise. « La détention de valeurs mobilières (actions, obligations, placements collectifs) est passée de 18,7% de la population en 2008 à 10,3% en mars 2016 », soulignait récemment l’Autorité des marchés financiers dans une étude, l’AMF précisant que le taux de détention des seules actions était de 6,2% de la population. Mais les statistiques précises sur le Plan d’épargne en actions se faisaient rares ces dernières années.

La Banque de France a publié hier des statistiques sur la conservation de titres (1), avec des données sur le PEA. Verdict : 4,53 millions de plans à la mi-2016, moins qu’à la fin 2015 (4,62 millions) et qu’en 2014 (4,82 millions). Loin du sommet enregistré en 2003, à 7,3 millions de PEA, ou des 7 millions de décembre 2007 selon la publication « Structure et évolution des PEA bancaires », qui a été abandonnée depuis plusieurs années.

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Moins de 80 milliards d'euros

Sur l’encours, les statistiques de la Banque de France permettent de remonter jusqu’à la crise financière. Les sommes présentes sur les PEA ont ainsi chuté d’environ 120 milliards d’euros en 2007 à 75 milliards au premier trimestre 2009, avant d'évoluer en dents de scie : retour au-dessus des 90 milliards, un plus bas à 73 milliards au deuxième trimestre 2012, puis 97 milliards d’euros début 2015. Mais la relative embellie de 2014-2015, portée par la bonne santé de la bourse, a été de courte durée puisque l’encours vient de retomber sous les 80 milliards, à 79 milliards d’euros au deuxième trimestre 2016.

Lire aussi : Le déclin du PEA est-il irrémédiable ?

Le PEA-PME toujours loin des objectifs

En août 2013, quand le ministre de l’Economie de l’époque, Pierre Moscovici, annonce la création du PEA dédié aux PME et ETI, le PEA-PME, il annonce 60.000 PEA au plafond réglementaire, relevé à 150.000 euros par la même occasion. Le PEA-PME n’a toujours pas atteint ce cap symbolique de 60.000 plans, plus de 2 ans après son lancement effectif en mars 2014. La progression semble d’ailleurs avoir légèrement ralenti : 32.933 PEA-PME fin 2014, 42.281 mi-2015, 50.162 fin 2015 et donc 56.542 à la mi-2016. L’encours stagne lui aussi, à en croire les statistiques de l’institution monétaire : après avoir grimpé à 260 millions d’euros fin 2014, il a atteint 540 millions fin 2015 mais la progression a nettement ralenti en 2016, probablement à cause de la conjoncture boursière, à 580 millions d’euros en juin 2016. L’encours moyen par plan est donc légèrement supérieur à 10.000 euros.

(1) Statistiques de la Banque de France sur la conservation de titres, portant sur le deuxième trimestre 2016. Données basées sur les chiffres recueillis auprès des teneurs de compte conservateurs (TCC).