Selon le site internet du Monde, le gouvernement étudierait un rabotage, à compter du 1er février 2016, du taux plancher du Plan Epargne Logement, actuellement fixé à 2%.

Contrairement aux autres produits d’épargne réglementée, le PEL devrait boucler un très belle année 2015, avec une collecte au-delà des 15 milliards d’euros. Un succès qu’il doit largement à une de ses spécificités réglementaires : un taux qui ne peut pas être fixé en-dessous de 2%, même dans le contexte actuel de faiblesse générale des taux.

Dans un article publié cet après-midi sur son site internet, le quotidien Le Monde fait pourtant l’hypothèse d’une baisse prochaine de ce taux plancher. « Le gouvernement, qui cherche actuellement à débloquer l’épargne pour financer l’investissement de l’économie (à travers les entreprises) pourrait (…) raboter encore un peu plus le PEL », explique le quotidien, sans citer de sources. « La décision sera prise dans les prochaines semaines et effective le 1er février 2016 ».

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Pour justifier son choix, le gouvernement pourra argumenter sur l’écart d’un point et demi existant actuellement entre le taux « théorique » du PEL - l’application de sa formule de calcul donne une rémunération de 0,5% - et son taux réel - 2% après application du taux plancher. Une situation déjà qualifiée il y a un an d’ « anomalie de marché » par François Villeroy de Galhau, à l’époque dirigeant de BNP Paribas et qui est désormais le gouverneur de la Banque de France.