Trois associations représentant épargnants et investisseurs ont déploré mercredi ne pas avoir été consultées dans le cadre de la « remise à plat fiscale » annoncée par le Premier ministre et souhaitent être associées à la réflexion en cours.

« Nous regrettons vivement que la voix des millions de Français qui contribuent au développement de la France ne soit pas écoutée et entendue par le gouvernement », indiquent, dans une lettre ouverte adressée à Jean-Marc Ayrault, la Fédération des associations indépendantes de défense des épargnants pour la retraite (Faider), qui revendique plus d'un million d'adhérents, la Fédération des investisseurs individuels et des clubs d'investissement (F2iC) et le Cercle des épargnants (plus de 200.000 adhérents).

« Une fiscalité équilibrée entre le capital et le travail »

Estimant que les épargnants sont « trop souvent considérés comme une simple variable d'ajustement fiscale », les associations regrettent être « purement et simplement ignorées quand elles contribuent tant par l'impôt que par l'épargne au financement des déficits publics et au développement des entreprises françaises ».

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Dans le cadre de la réforme fiscale, les organisations souhaitent « voir poser les fondements d'une fiscalité équilibrée entre le capital et le travail ».