L'assureur français Axa a publié jeudi un chiffre d'affaires en légère hausse de 1,1% à 27,910 milliards d'euros au premier trimestre, porté par une progression des ventes en assurance-vie et dommages.

A données comparables (périmètre et taux de changes), la hausse a atteint 0,8%.

L'assureur français s'est appuyé sur une légère hausse de sa branche assurance-vie, épargne et retraite, qui représente près de 60% de ses ventes totales. Son chiffre d'affaires a progressé de 0,5% à 16,540 milliards d'euros. Ce segment « a bénéficié d'une collecte accrue et de la confiance renouvelée de nos clients », a réagi le PDG d'Axa Henri de Castries, cité dans le communiqué, qui précise que « les efforts menés pour augmenter nos marges ont porté leurs fruits ». La collecte nette est positive à 4 milliards d'euros tandis que le volume des affaires nouvelles a augmenté de 1,6% à 1,631 milliard d'euros.

En dommages, les ventes se sont élevées à 9,243 milliards d'euros, en progression de 1,4% sur un an, grâce à la hausse des prix. L'activité des particuliers a crû de 3% mais celle des entreprises s'est repliée de 3%. M. de Castries s'est dit confiant « dans notre capacité à poursuivre ces augmentations en parallèle d'une souscription sélective ».

Enfin, la branche assurance internationale a vu ses ventes augmenter de 2,8% à 1,212 milliard d'euros et la gestion d'actifs de 6,2% à 809 milliards. Cette dernière division « a bénéficié de la reprise générale des marchés et d'une moindre décollecte », de 12 milliards d'euros, a indiqué le PDG.

Au total, les actifs sous gestion ont représenté 877 milliards d'euros, au-dessus du niveau de fin 2009 (845 milliards).

Retraite : épargnez en payant moins d'impôts. 11 contrats comparés

Géographiquement, les ventes totales de l'assureur ont reculé aux Etats-Unis de 30,6%, en Asie-Pacifique de 13,7% et en France de 4,7%. Le groupe s'est rattrapé en Allemagne (+11,9%), en Suisse (+5,6%), au Royaume-Uni (+11,5%), au Canada (+23,4%) et dans la région Méditerranée et Amérique latine (+66,2%).

Pour 2010, M. de Castries dit avoir « commencé à récolter les bénéfices des actions initiées en 2009 » et pense pouvoir « tirer parti de la reprise graduelle de l'environnement économique ». En 2009, Axa était parvenu à multiplier par quatre son bénéfice net malgré un recul de son chiffre d'affaires (-3%).

La bourse pas convaincue

Ces résultats, attendus, n'ont pas convaincu les marchés. A 10h15, le titre Axa perdait 1,56% à 13,26 euros, dans un marché parisien en recul de 0,12%. Pour les analystes de Société Générale, qui saluent des résultats « en ligne » avec leurs anticipations, « l'évolution du titre subit en ce moment l'effet des nouvelles macroéconomiques », dans un contexte où la crise grecque alimente la défiance des marchés envers les valeurs financières.