Une mission sur la régulation du prix des carburants et du gaz dans les départements d'outre-mer a été confiée à l'Inspection générale des finances afin notamment d'« interroger le modèle actuel de fixation des prix », a indiqué vendredi le gouvernement.

La mission analysera la structure de prix des différents types de carburants et du gaz embouteillé vendus dans les cinq départements d'outre-mer, indiquent dans un communiqué commun les ministres de la Transition écologique, de l'Economie et des Outre-mer. La mission se focalisera sur la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane où l'entreprise SARA (Société Anonyme de Raffinerie aux Antilles) détient un monopole historique sur le raffinage, indique le communiqué.

La mission interrogera également « la pertinence du modèle actuel de fixation des prix dans le contexte de la transition énergétique » et ses premiers résultats sont attendus fin mars. Dans les territoires ultramarins où les prix des carburants et du gaz sont réglementés, la problématique est au cœur des enjeux sociaux.

« C'est une demande de longue date que l'on entre un peu dans le détail pour voir s'il reste des marges de manœuvre pour libérer un peu le pouvoir d'achat des Guadeloupéens », a réagi le cabinet d'Ary Chalus, président de région de Guadeloupe. Il rappelle que « les taxes prélevées par les collectivités territoriales n'ont pas été augmentées depuis 2007 » et que « localement il y a très peu de marge de manœuvre » sur le sujet.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Les Guadeloupéens notamment sont très dépendants de l'automobile du fait du manque d'un réseau de transport en commun. Pour éviter les abus de prix, les tarifs sont réglementés et sont fixés en tenant compte du prix du brut, mais également de plusieurs autres indicateurs, comme les cours de l'essence, la parité monétaire, ou encore, notamment, les taux de marge.