Chaque mois, une série de nouvelles mesures impactent le pouvoir d'achat des ménages. Voici celles qui vous attendent à compter du lundi 1er novembre.

Retraite sous revalorisée

C'est une fausse bonne nouvelle pour 13 millions de retraités du privé. Le montant des retraites complémentaires Agirc et Arrco est revalorisé de 1% seulement. C'est moins que l'inflation (hors tabac) attendue à 1,5% cette année, selon les projections de l'Insee. Cette sous revalorisation décidée conjointement par le patronat et les syndicats fait suite au déficit de plus de 4 milliards d'euros en 2020 enregistré par le régime suite à la crise du Covid. Une perte qui empêche l'Agirc-Arrco de respecter sa « règle d'or » : avoir toujours en réserve 6 mois d'avance de trésorerie à un horizon de 15 ans.

D'après les calculs de Valérie Batigne, présidente du cabinet Sapiendo, le cumul des revalorisations au cours des 10 dernières années est inférieur de près de la moitié à l'inflation. Ce qui entraîne, depuis 2011, un manque à gagner de près de 4% en moyenne sur la retraite complémentaire des anciens salariés.

Les avantages du Plan épargne retraite

Retraite agricole augmentée

Les retraites agricoles les plus faibles seront revalorisées de 75% à 85% du Smic net agricole, soit 1 035 euros par mois. Cette mesure s'applique aux chefs d'exploitation qui ont liquidé l'ensemble de leurs pensions obligatoires et prennent leur retraite en novembre 2021, ainsi qu'aux retraités actuels. Les agriculteurs travaillant sous d'autres statuts, conjoints collaborateurs et aidants familiaux, ne sont pas concernés.

Flambée des prix du gaz reportée

C'était la hausse de trop. En théorie, les tarifs réglementés du gaz auraient dû augmenter de 15% en novembre, après une nouvelle hausse de 12,6% en octobre. Mais le gouvernement en a décidé autrement en les gelant jusqu'à la fin 2022. Mais s'il n'y aura pas d'augmentation pour près de 5 millions de ménages abonnés aux tarifs réglementés d'Engie ou à de offres concurrentes, dont l'évolution est indexée sur ces derniers, les consommateurs doivent s'attendre à un rattrapage partiel à compter de 2023.

Réduisez votre facture d'énergie

Redevance télé et taxe d'habitation

Si la taxe d'habitation n'est plus qu'un mauvais souvenir pour 80% des ménages, les 20% les plus aisés doivent encore la payer. Ces 7,2 millions de foyers concernés bénéficient d'une baisse de 30% en 2021, soit un gain moyen de 363 euros. La ristourne sera deux fois plus élevée en 2022, avant la suppression totale de la taxe d'habitation en 2023.

En revanche, si vous êtes exonéré de taxe d'habitation, vous n'êtes pas dispensé de régler la redevance TV. Sauf bien sûr dans le cas où vous n'avez pas de télé et que vous avez coché la case 0RA lors de la dernière déclaration de revenus. La redevance TV est de 138 euros en métropole et de 88 euros pour les habitants des départements d'outre-mer.

La taxe d'habitation et la redevance TV sont à payer au 15 novembre si vous réglez par TIP SEPA ou par chèque ou au 20 novembre par voie dématérialisée (paiement en ligne, prélèvement à l'échéance ou mensuel). Le prélèvement du fisc sera effectué à compter du 25 novembre sur votre compte bancaire.

Taxe d'habitation : qui sont les 800 000 perdants ?

Prix des cigarettes

La dernière augmentation massive des prix du tabac remonte à novembre 2020 avec un bond de 50 centimes faisant passer le paquet à environ 10 euros. Pas de changement d'envergure au 1er novembre 2021. Cependant, on note quelques variations selon le dernier relevé des Douanes : les Fortuna Classic Rouge 100s, en 20 unités, ou encore les Fortuna Classic Rouge, en 20 unités, prennent 10 centimes à 10,1 euros. Idem pour les JPS Classic Black 100s, en 20 unités, qui passent à 10,2 euros. A l'inverse, certains paquets voient leurs prix diminuer de 10 centimes comme les Lucky Strike Vert Clair, en 20 unités, à 9,7 euros.

Frais bancaires : jusqu'à 223 € d'économies grâce à notre comparateur

Logement : début de la trêve hivernale

A compter du 1er novembre et jusqu'au 31 mars, les locataires ne peuvent pas être expulsés de leur logement. Seules exceptions : si le logement est frappé d'un arrêté de péril, si le locataire est relogé, ou si le logement est squatté. Les coupures d'électricité et de gaz sont également interdites durant la trêve hivernale.

Indemnité inflation : les trois effets pervers de la prime de 100 euros