Le médiateur de l'énergie balance sur Twitter les mauvaises pratiques des fournisseurs. Cette semaine, il s'attaque à GreenYellow, distribué par Cdiscount énergie. Explications.

Ce vendredi dès 9h, le compte Twitter du médiateur de l'énergie, habitué à faire peu de vague, s'agite : « #vendrediCfini Il n'est pas acceptable que dans de nombreux cas, @CdiscountEnrgie ne réponde pas aux sollicitations de @med_energie, comme dans le litige de M. C, qui était prêt à accepter un accord amiable : à défaut, une recommandation de solution a dû être émise. » Ce message direct d'une autorité publique indépendante aux près de 5 000 abonnés (dont une large majorité d'acteurs du secteur) relate la mésaventure d'un foyer désabusé.

Concrètement, Monsieur C. a saisi le médiateur le 2 novembre 2020 suite à un litige avec GreenYellow, fournisseur de l’offre Cdiscount énergie. Si la médiation a amené GreenYellow à formuler le 27 novembre une première proposition pour résoudre le conflit, son service recouvrement a menacé dans le même temps à plusieurs reprises Monsieur C. de limiter sa fourniture d’électricité pour impayés. De plus, malgré plusieurs demandes de Monsieur C. et des services du médiateur, GreenYellow n’avait toujours pas, au 15 mars 2021, finalisé sa proposition, ni répondu aux sollicitations formulées en ce sens.

Électricité, gaz : réduisez votre facture avec notre comparateur en ligne

Or, la loi donne 3 mois au médiateur national de l’énergie, en temps normal, pour recommander une solution. Face au silence de GreenYellow, le médiateur a dû émettre une recommandation de solution. Dommage pour le fournisseur car l'accord à l'amiable est souvent la meilleure porte de sortie.

Voir le comparatif partenaire avec les offres énergie les moins chères

« GreenYellow est peu réactif en médiation », explique le service communication du médiateur de l'énergie, interrogé sur sa démarche par MoneyVox. « Vendredi c'est fini, explique l'organisme, c'est un moyen pour nous de dire 'ça sufffit' en cas de mauvaise pratique ». Et bien souvent, la mise au ban publique suffit à faire avancer les dossiers. En 2019, le médiateur a été saisi 22 800 fois pour des litiges et près d'un tiers ont été jugés recevables.

Gaz et électricité : le médiateur de l'énergie fait sa mue pour être identifié du grand public