Si le début d’année 2014 a été globalement positif pour les principales banques françaises, des événements exceptionnels ont plombé les résultats de certains groupes. Comme les déboires de Banco Espirito Santo pour le Crédit Agricole SA, ou la lourde amende américaine pour BNP Paribas. Tour d’horizon.

BNP Paribas : une perte trimestrielle liée à l’amende US

BNP Paribas s’est acquitté d’une amende record de 8,97 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros) auprès des autorités américaines lors du deuxième trimestre 2014, afin de solder les « erreurs passées », la banque n’ayant pas respecté l’embargo des Etats-Unis vers certains pays. L’événement a bousculé l’institution française : pour la première fois depuis la fin 2008, elle affiche ainsi une perte trimestrielle de 4,3 milliards d’euros et son président Baudouin Prot serait sur le départ. Sur l’ensemble du premier semestre, le produit net bancaire (PNB, équivalent du chiffre d’affaires pour les banques) s’établit à 19,48 milliards d’euros, en baisse de 1,4% par rapport au premier semestre 2013. La banque précise toutefois qu’« hors éléments exceptionnels et à périmètre et change constants », le PNB progresse de 2,7%.

Lire aussi : BNP Paribas : la banque dans le rouge au 2e trimestre après sa lourde amende aux Etats-Unis

Crédit Agricole SA : un bénéfice en berne à cause de BES

Crédit Agricole SA (CASA), la structure cotée du groupe, a elle aussi vu ses résultats du deuxième trimestre plombés par un événement exceptionnel : les affres de Banco Espirito Santo (BES), banque portugaise récemment sauvée de la faillite par l’Etat lusitanien, ont amené le Crédit Agricole à essuyer une partie des pertes de BES et à ramener la valeur de sa participation dans l’établissement en perdition de 14,6% à zéro, pour un coût total de 708 millions d’euros. Conséquence : un bénéfice net en baisse de 49% au deuxième trimestre. Au premier semestre, le PNB atteint 7,95 milliards d’euros, en augmentation de 1,2% par rapport à 2013.

Lire, pour plus de détails : Crédit Agricole SA : bénéfice net en baisse de 49% au 2e trimestre 2014

Société Générale : un semestre sans accroc financier

Si les derniers mois ont été marqués par les nouvelles avancées de l’affaire Kerviel, ce premier semestre a vu la banque rouge et noire réaliser un PNB de 11,57 milliards d’euros, en hausse de 5,2% par rapport à l’année précédente. La Société Générale a même dégagé un bénéfice net supérieur aux attentes au deuxième trimestre 2014, à 1,03 milliard d’euros, en hausse de 7,8% grâce à la finalisation de l’acquisition du courtier Newedge.

Lire à ce propos : Société Générale : bénéfice net en hausse de 7,8% au 2e trimestre

Frais bancaires : jusqu'à 222 € d'économies grâce à notre comparateur

BPCE : des résultats « solides »

Le groupe Banque Populaire-Caisse d’Epargne, qui chapeaute les caisses régionales du même nom mais aussi la BRED ou le Crédit Coopératif, a réalisé un premier semestre « solide » selon un communiqué de presse du 31 juillet. A 11,87 milliards d’euros, le PNB semestriel a progressé de 3,6% en comparaison à la même période en 2013. Au deuxième trimestre, le bénéfice net s’établit à 801 millions d’euros, en hausse de 4,1%. A noter : BPCE s’estime « globalement en avance » sur son plan stratégique 2014-2017, qui prévoit un vaste plan d’économies grâce à des synergies de coûts.

Lire aussi : BPCE : bénéfice net en hausse de 4% à 801 millions d'euros sur le second trimestre 2014

Crédit Mutuel-CIC : le bénéfice net flambe au 1er semestre

En six mois, le bénéfice net part du groupe CM11-CIC, qui regroupe 18 caisses régionales du Crédit Mutuel et le CIC, a augmenté de 40,5% ! Il s’établit à 1,3 milliard d’euros. Ce groupe, qui n’a communiqué que des chiffres semestriels, affiche un produit net bancaire de 6,21 milliards d’euros, en progression de 3,1%. Les sources de satisfaction ? Les pôles banque de détail (bénéfice net en hausse de 8,4%) et assurance (+7,8%).

Lire par ailleurs sur cBanque : Crédit Mutuel - CIC : bénéfice net en hausse de 40% à 1,3 milliard sur le S1 2014

La Banque Postale en rythme de croisière

Les trois métiers de la Banque Postale, banque de détail, assurance et gestion d’actifs, affichent de bons résultats au premier semestre. Résultat : un bénéfice net en hausse de 4,2%, à 380 millions d’euros, pour un PNB de 2,85 milliards d’euros (+2,4%) sur la même période.

Pour plus d’informations : Banque Postale : bénéfice net en hausse et bonne dynamique sur tous ses métiers au 1er semestre 2014