Les collégiens français âgés de 15 ans ont obtenu des résultats médiocres lors de la première évaluation de leur niveau de culture financière. Une étude internationale publiée ce matin par Pisa nous apprend que la moyenne obtenue par ces adolescents est inférieure à la moyenne des 13 pays ayant participé à l'évaluation.

Les Français ne sont pas bons en finances personnelles quel que soit leur âge ! Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (Pisa) a publié ce mercredi matin sa première évaluation du niveau de culture financière des élèves de 15 ans réalisée en 2012 (1). Il en ressort que les résultats des élèves français sont inférieurs à la moyenne des 13 pays et économies de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) ayant participé à l’évaluation (2). Ils ont obtenu un score moyen de 486 points, ce qui place la France au 11e rang parmi les 18 pays et économies participants. Ce sont les élèves de l'espace économique de Shanghai (Chine) qui figurent en tête de classement avec 603 points, devant la Communauté flamande de Belgique et l'Estonie. L'Italie et la Colombie sont les deux lanternes rouges du tableau.

Un faible niveau malgré de bons résultats en mathématiques

Les élèves français sont presque 20% à ne pas atteindre le niveau de compétence de base en culture financière, contre 15,3% en moyenne dans l’OCDE. « Au mieux, ces élèves peuvent faire la différence entre besoins et souhaits, prendre des décisions simples sur les dépenses quotidiennes et savent à quoi servent des documents financiers courants, tels qu’une facture » déplorent les rapporteurs de l’étude. A l’inverse, 28% des jeunes français évalués atteignent les niveaux de compétence les plus élevés. Là encore, cette proportion est inférieure à la moyenne de l’OCDE (32%).

Pourtant, les élèves français obtiennent de bons résultats en mathématiques et en compréhension de l’écrit. Les auteurs de l’étude s’attendaient donc à de meilleures notes en culture financière mais « ces données semblent indiquer que les compétences de base acquises à l’école ne donnent pas aux jeunes les outils nécessaires pour obtenir de bons résultats à l’évaluation de leur culture financière » constatent-ils.

Néobanques : les offres les moins chères pour maîtriser votre budget

Les connaissances impactées par le milieu social et l’origine

Autre point négatif pour la France : le milieu social et l’origine des élèves a davantage d’impact sur leurs résultats que dans le reste de l’OCDE. Dans notre pays, les élèves « autochtones » ont obtenu en moyenne 61 points de plus que ceux qui sont nés à l’étranger ou dont les parents sont nés à l’étranger, à milieu socio-économique équivalent. De la même façon, un élève issu de milieu aisé obtient en moyenne 50 points de plus qu’un élève de milieu modeste.

Autre inégalité française : 72% des élèves de milieu défavorisé possèdent un compte bancaire contre 90% des jeunes de 15 ans issus de familles aisées. Toutefois, comme pour l’ensemble de la population, les élèves interrogés bénéficient tous d’un niveau d’accès élevé aux produits et services financiers. Ainsi, en France, plus de 8 élèves sur 10 possèdent un compte bancaire ou une carte de paiement prépayée.

(1) Environ 29.000 élèves ont passé ce test en 2012, soit un échantillon représentatif d’environ 9 millions d’élèves de 15 ans dans 18 pays et économies participants. En France, 1.068 élèves de 225 établissements scolaires ont effectué le test de culture financière.

(2) 13 pays et économies membres de l’OCDE ont participé à cette évaluation 2012 : Australie, Communauté flamande de Belgique, Espagne, Estonie, Etats-Unis, France, Israël, Italie, Nouvelle-Zélande, Pologne, République Tchèque, Slovaquie et Slovénie ainsi que cinq pays et économies partenaires : Colombie, Croatie, Fédération de Russie, Lettonie et Shanghai-Chine.