Les prix des logements anciens ont baissé de 4,4% en France en 2009 en raison de la crise, mais ils vont se stabiliser voire remonter en 2010, selon l'indice Insee des notaires publié mercredi sur la base des contrats de ventes enregistrés par les études.

Ces données confirment des chiffres provisoires publiés en février.

Au quatrième trimestre 2009, comparé au précédent, les prix de l'immobilier dans l'ancien ont progressé de 0,8% (appartements) et de 0,2% (maisons). Ils avaient déjà augmenté de 0,3% au troisième trimestre, après un premier semestre catastrophique. Depuis fin 2009, « on est entrés dans une période de stabilité », souligne Pierre Bazaille du conseil national des notaires, à condition que les taux d'intérêt avantageux, favorables aux achats, ne remontent pas.

Sur l'ensemble de 2009, la baisse des prix des logements anciens en province est de -3,5% (appartements et maisons confondus). La diminution est beaucoup plus nette en Ile-de-France (IDF) avec un recul de 5,6% en moyenne (-4,5% pour les appartements et -7,5% pour les maisons).

A cause de la crise, le nombre de transactions a également baissé: 590.000 en 2009 contre 669.200 en 2008 (-11,83%). Comparé à 2007, soit avant la crise, le recul est de 26,43%. Mais au dernier trimestre 2009, l'Insee a noté un renversement avec une hausse des transactions de 9% en province et de 38% en IDF par rapport au trimestre précédent.

Statistiques contradictoires

Pour 2010, « le marché de l'immobilier va se stabiliser avec une reprise dans les grandes villes comme Paris », prédisent les notaires, au vu notamment des avant-contrats établis au premier trimestre à Toulouse, Rennes et Nantes. A Toulouse, les prix n'ont baissé que de 1,9% sur les trois premiers mois de l'année. A Rennes, les prix ont rebondi de 4,4% et à Nantes, de 0,7%. En IDF, les prix devraient progresser cette année dans une fourchette de 0 à 5%, précise le Conseil.

Crédit immobilier : découvrez les taux les plus bas pour votre projet

Le volume de ventes dans l'ancien devrait en outre repasser la barre des 600.000 pour toute la France.

Les données publiées par les notaires font suite à une série de publications contradictoires ces derniers jours qui ont relancé la polémique sur la fiabilité des statistiques immobilières. Mardi, la Fnaim, principale organisation professionnelle du secteur, a estimé que les prix avaient baissé de 1,4% au premier trimestre 2010. Century 21, l'un des trois principaux réseaux d'agences immobilières français, assure que ceux-ci ont augmenté de 1,09%.