Le président de l’Autorité des marchés financiers Gérard Rameix a annoncé avoir proposé d’inscrire dans la loi l’interdiction de publicité pour les produits financiers les plus risqués, et en premier lieu des offres de « trading » sur le Forex ou les options binaires.

En octobre dernier, l’AMF a mené campagne contre la spéculation sur le Forex, soulignant notamment à l’occasion l’immense majorité d’investisseurs perdants sur ces produits risqués. Son président Gérard Rameix a toutefois dressé un constat d’échec ce mardi à l’occasion d’une journée de formation de responsables conformité : « Nos campagnes de prévention pourtant énergiques semblent ne plus suffire face à l’importance des moyens publicitaires utilisés », a-t-il lancé en évoquant les offres de trading sur le Forex ou les options binaires (1). « Certes nos succès juridiques récents nous ont permis de bloquer quelques sites non autorisés à exercer en France mais il en existe de très nombreux et il s’en crée de nouveaux chaque semaine. »

« Bon espoir » d’un examen avant l’été 2015

Gérard Rameix annonce donc avoir choisi « d’agir à la base du problème », qui est selon lui « le recrutement des clients via internet ». Il affirme ainsi avoir « proposé au législateur d’interdire la publicité auprès du grand public pour les produits les plus risqués ».

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

La proposition de loi de l’AMF portera plus exactement sur les « produits pour lesquels la perte maximale n’est pas connue au moment de la souscription en raison de l’effet de levier ». Le président de l’AMF a « bon espoir » que cette proposition soit examinée à l’Assemblée nationale « avant l’été ».

(1) Le discours de Gérard Rameix a été publié sur le site de l’AMF.