En décembre 2012, l’Autorité des marchés financiers avait appelé les épargnants « à la plus grande vigilance » en matière de placements atypiques : timbres, vin, panneaux solaires, manuscrits, etc. L’AMF réitère sa mise en garde ce mercredi en s’adressant cette fois-ci aux conseillers financiers susceptibles de commercialiser ces produits.

Dans son communiqué, l’AMF évoque une « recrudescence des offres de placements atypiques proposés au public (forêts, diamants, vin, œuvres d’art, photovoltaïque, manuscrits, etc.), souvent en provenance d’acteurs non régulés ». Une évolution que l’autorité estime être liée au « contexte de faiblesse des taux d’intérêt », les particuliers étant alors tentés de miser sur ces placements non traditionnels mais aux « rendements annoncés flatteurs », pour reprendre les termes utilisés dans le communiqué de décembre 2012.

Dans sa mise en garde du jour, l’AMF vise plus spécifiquement les conseillers en investissements financiers (CIF), statut contrôlé par l’AMF et qui concerne de nombreux conseillers en gestion de patrimoine. L’autorité a en effet constaté que des CIF « sont sollicités pour distribuer ces produits ». Elle leur demande d’être vigilants, leur rappelant qu’ils sont « tenus au respect des règles de bonne conduite strictes » du code monétaire et financier et du règlement de l’AMF pour ces placements atypiques.

Comparatif livrets d'épargne : 10 offres comparées, jusqu'à 2% de rendement

Se comporter avec « loyauté » envers les particuliers

L’autorité égraine ainsi certaines obligations auxquelles les conseillers en investissements financiers doivent se conformer. L’AMF insiste notamment sur la nécessaire « loyauté » du conseiller pour son client, et sur le caractère « exact, clair et non trompeur » des informations adressées par les CIF, un discours commercial ne devant pas omettre « le principe selon lequel il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé ».