Le Parlement européen a adopté au début du printemps un texte visant à imposer un nouveau document d’informations clés, court et clair, à destination des particuliers investissant dans certains contrats d’assurance-vie, dans les OPCVM ou autres produits structurés. Il devrait être rendu obligatoire à l’horizon 2016.

La nouvelle est passée quasi inaperçue au début du printemps. Le 15 avril dernier, le Parlement européen a voté la création d’un nouveau document d’informations clés, ou key information document (KID). Ce document, à destination des investisseurs non professionnels, concernera tous les produits d’investissement de détail, c’est-à-dire notamment l’assurance-vie en unités de compte, les OPCVM, les produits structurés, etc. Un « document d’information clé pour l’investisseur » (DICI) existe déjà en France depuis 2011 mais le nouveau document concernera un éventail plus large de produits financiers.

Le communiqué du Parlement européen affirme que les nouvelles dispositions s’appliqueront « à tous les produits d'investissement destinés aux petits investisseurs ». A l’exception toutefois de certains produits de retraite, des produits d’assurance hors assurance-vie et des « dépôts exposés uniquement à des taux d’intérêt ». Les livrets d’épargne ne sont par exemple pas concernés. Concernant l’assurance-vie, tous les contrats seront touchés à l’exception de ceux dont « les prestations prévues par le contrat sont payables uniquement en cas de décès ou d'incapacité due à un accident, à une maladie ou à une infirmité ».

Trois pages au format A4

Ce KID devra respecter un format standard, de trois pages au format A4. Il aidera notamment les petits investisseurs à « estimer les coûts totaux de leurs investissements tout en connaissant leur profil de risque et de rémunération », grâce à des informations telles que les performances passées et envisagées, les coûts directs et indirects, etc. Si le produit en question est complexe, l’avertissement suivant devra figurer sur le document : « Vous vous apprêtez à acheter un produit complexe qui pourrait être difficile à comprendre ».

Investissez dans l'immobilier dès 1 000 €. Notre palmarès des meilleures SCPI

Le document en question devra être clair et lisible et ne pas induire l’investisseur en erreur. Une fois ces dispositions en vigueur, si un particulier parvient à prouver qu’il a perdu de l’argent à cause d’informations erronées dans le KID, alors le concepteur du produit d’investissement pourra être sanctionné (interdiction de vente du produit, amende allant jusqu’à 5 millions d’euros ou 10% du chiffre d’affaires de l’organisme, etc.).

Après le vote du Parlement, cette mesure doit encore être formellement adoptée par les Etats membres, suite à quoi elle devra entrer en vigueur partout dans l’Union européenne dans un délai de deux ans, soit a priori à l’horizon 2016.