Une « aide exceptionnelle de rentrée », de 100 euros par foyer et 50 euros par enfant à charge. Le gouvernement a bel et bien intégré ce « chèque alimentaire » dans le projet de loi de finances rectificative pour 2022 présenté ce jeudi 7 juillet en Conseil des ministres. Cette aide attendue pour la mi-septembre bénéficiera à 8 millions de ménages.

Appelez-la comme vous voulez : chèque alimentaire, chèque inflation, prime de rentrée ou « aide exceptionnelle de rentrée ». Malgré les hésitations de vocabulaire des dernières semaines, le gouvernement colle à la promesse faite par Emmanuel Macron et détaillée dès le début du mois de juin par la Première ministre Elisabeth Borne : un coup de pouce de 100 euros pour les plus modestes.

Qui touchera cette aide exceptionnelle ?

« Elle sera versée automatiquement aux allocataires des minima sociaux, des aides au logement et aux étudiants boursiers », détaille le gouvernement dans le dossier de presse accompagnant le projet de loi pouvoir d'achat et le budget rectificatif (PLFR) 2022. Plus précisément, le PLFR cite les allocataires du revenu de solidarité active (RSA), du revenu de solidarité (RSO), de l'allocation sociale spécifique (ASS), de l'allocation équivalent retraite (AER), de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA) aussi appelée minimum vieillesse, et de l'allocation adulte handicapé (AAH). Cela concerne selon le gouvernement près de « 8 millions de foyers couvrant 14 millions de personnes », des foyers « dont le pouvoir d'achat a été fragilisé par le renchérissement du prix des produits alimentaires » ajoute Bercy en commentaire du PLFR.

Combien toucherez-vous ?

Une aide de 100 euros par foyer concerné. Et ce coup de pouce de rentrée scolaire est majoré de 50 euros par enfant à charge. « Concrètement, l'aide s'élèvera à 200 euros pour un foyer avec deux enfants », explicite par exemple le gouvernement dans le dossier de presse. « Le coût de cette aide (...) est évalué à 1 milliard d'euros », précise Bercy dans le projet de loi de finances rectificative.

Quand sera-t-elle versée ?

Dès la rentrée scolaire ? Peut-être deux à trois semaines plus tard. « Courant septembre », se contente pour l'heure de préciser le gouvernement.

Économisez sur les frais et gagnez jusqu'à 500 € grâce à notre comparatif des assurances vie

Par qui sera-t-elle versée ?

Par la CAF, déjà chargée de verser la prime inflation début 2022 à 3 millions de bénéficiaires RSA, AAH, étudiants non boursiers percevant des APL ? Par le Crous pour les étudiants boursiers ? Par la Direction générale des finances publiques (DGFiP) qui a l'avantage de disposer des coordonnées bancaires de l'immense majorité des foyers fiscaux grâce au prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu ? Sollicités par MoneyVox, les services de Bercy et de Matignon n'ont pour l'heure pas répondu notre sollicitation.

Une prime suspendue au vote de l'Assemblée

Cette aide visant les ménages modestes fait partie des mesures les plus consensuelles des deux projets de loi cruciaux pour le portefeuille des ménages qui seront soumis au vote du Parlement cet été. L'Etat ne pourra toutefois verser cette aide exceptionnelle de rentrée que si ce budget rectificatif est adopté par l'Assemblée nationale, où le gouvernement ne dispose à ce jour que d'une majorité relative.

Prime d'activité, Smic, retraite... Ces hausses dont vous allez profiter et celles qui sont menacées