Elisabeth Borne a annoncé mardi qu'une aide serait versée « à la rentrée » aux plus modestes qui font face à la hausse des prix, et qu'à cette échéance serait aussi mis en place un dispositif d'aide aux « gros rouleurs » confrontés à la hausse des prix des carburants.

Elisabeth Borne a annoncé mardi qu'une aide serait versée « à la rentrée » aux plus modestes qui font face à la hausse des prix, et qu'à cette échéance serait aussi mis en place un dispositif d'aide aux « gros rouleurs » confrontés à la hausse des prix des carburants. « Dans l'urgence, avec l'inflation, ce sera une aide versée directement sur le compte en banque, en une fois, tenant compte naturellement du nombre d'enfants dans la famille », a détaillé sur France Bleu la Première ministre.

Puis « une réflexion » sera lancée sur « un dispositif ciblé pour permettre à tous les Français d'accéder à des produits de qualité, des produits bio », a-t-elle ajouté. Ce chèque alimentaire, destiné également aux plus modestes, permettant d'acheter des produits alimentaires locaux, durables voire bio est une promesse de campagne d'Emmanuel Macron.

Repiquée parmi les propositions de la Convention citoyenne, et même déjà inscrite dans la loi Climat et Résilience à l'été 2021, l'idée d'un tel chèque circule depuis deux ans, sans jamais avoir été mise en œuvre. « En discutant avec le Président de la République et des ministres, nous avons bien compris que le gouvernement souhaitait aller vite en proposant une mesure d'urgence simple, qui réponde à l'inflation, avoue Dominique Chargé, le président de la Coopération agricole, dans le Parisien. Ce qui ne correspond pas à ce qui était imaginé avec le chèque alimentaire. C'est-à-dire quelque de chose de structuré, pérenne dans le temps, ciblé sur l'alimentation, qui permette aux Français les plus modestes de retrouver sur le temps long les circuits classiques de distribution. »

Le gouvernement a donc opté pour deux dispositifs : une aide à l'inflation et une réflexion sur ce chèque alimentation.

Frais bancaires : jusqu'à 259 € d'économies grâce à notre comparateur

La ristourne de 18 centimes prolongée pour l'été

Pour les « gros rouleurs » qui font face à la flambée des prix des carburants, dans le sillage de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, Elisabeth Borne a confirmé que la ristourne de 18 centimes sur les carburants, qui devait se terminer le 31 juillet, serait prolongée en août.

Et pour « ceux qui font beaucoup de kilomètres par jour soit pour se rendre à leur travail, soit dans le cadre de leur travail », un dispositif « se mettra en place (...) à la rentrée pour (les) accompagner », a ajouté la cheffe du gouvernement.