C'est LA star du moment. A la télévision, dans les journaux ou devant la machine à café, l'inflation s'invite dans toutes les conversations. Mais dans les faits, peu de Français savent réellement à quoi elle correspond et comment on la mesure.

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) vient de publier ses derniers chiffres sur l'inflation. Et ce n'est pas beau à voir. En mai 2022, la flambée des prix s'accélère, avec une hausse de 5,2% sur 1 an, son plus haut niveau depuis septembre 1985. Mais que signifie vraiment ce chiffre ?

Comment calcule-t-on l'inflation ?

En France, lorsqu'on parle d'inflation, on fait souvent référence sans le savoir à l'indice des prix à la consommation (IPC). Il s'agit du principal instrument de mesure de l'inflation. Il est calculé tous les mois par l'Insee, et les résultats sont publiés au Journal Officiel (JO). Cet indice est primordial, puisqu'en plus de vous donner une idée de l'évolution des prix dans le temps, il sert de base pour calculer le montant du SMIC, des pensions de retraite, ainsi que le taux du Livret A.

Livret A, LEP, LDDS... Les nouveaux taux qui vous attendent suite à l'envolée de l'inflation à 5,2%

L'Insee l'obtient en comparant chaque mois le prix d'un panier de biens et de services. Lorsque le prix total du panier augmente, on parle d'inflation. Le contenu de ce panier est actualisé une fois par an pour refléter au mieux les habitudes de consommation des ménages. Dans le détail, le bureau des statistiques se base sur « la répartition des dépenses de consommation par poste évaluée dans le cadre des comptes nationaux », puis pondère chaque produit « proportionnellement à son poids dans la dépense de consommation des ménages ». Résultat : en 2021, les produits alimentaires représentent 17,5% du panier. Viennent ensuite les dépenses de santé (9%), l'ameublement (6,4%), et la restauration (6,3%).

Salaires, retraites, Livret A, RSA, loyers... Quand vont-ils augmenter au niveau de l'inflation ?

Plus de 1 700 produits suivis

D'un mois après l'autre, l'Insee scrute les prix des mêmes produits, afin d'éviter que l'évolution des prix ne soit biaisée par des différences de qualité. Et si certains produits disparaissent en cours d'année, comme lorsqu'une nouvelle génération de téléphone remplace la précédente, l'Insee corrige les prix en conséquence pour neutraliser la différence de qualité.

Au total, plus de 1 700 produits sont suivis. Et pour cause : d'après la réglementation européenne, dès qu'un produit représente plus d'1/1000e de la consommation des ménages, ce dernier doit être intégré dans le panier de l'IPC.

Pour surveiller les variations de prix des produits sélectionnés, l'Insee se base sur plusieurs sources de données. Dans le détail, 160 000 prix sont relevés chaque mois par les enquêteurs de l'Insee dans 30 000 points de ventes et 500 000 prix sont collectés sur internet, manuellement ou à l'aide de robots. Enfin, depuis janvier 2020, 80 millions de prix sont ajoutés grâce aux données de caisse des grands magasins.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Les limites de l'inflation

Pourtant, au moment de passer à la caisse, les Français ont souvent l'impression que l'inflation mesurée par l'IPC reflète mal leur réalité. Et c'est bien normal, puisque l'IPC est une moyenne. Les produits et services étudiés reflètent les dépenses d'un ménage français lambda, dont les habitudes de consommation peuvent sensiblement différer des vôtres.

Toutes choses égales par ailleurs, un citadin qui n'a pas de véhicule personnel et se déplacent uniquement à l'aide des transports en commun a par exemple connu une inflation sur 1 an de 3,7% en avril 2022, contre 4,8% pour un automobiliste. Pour calculer votre propre indice, vous pouvez modifier la pondération de vos différents postes de dépenses sur le simulateur d'inflation de l'Insee.

Pour finir, attention à ne pas faire d'amalgame entre l'inflation et le pouvoir d'achat. Si la première impacte directement le second, elle n'est que l'une de ses nombreuses composantes. Ainsi, l'IPC se concentre sur l'évolution des prix. Mais il ne prend pas en compte les variations des prix de l'immobilier (hors loyers), de la fiscalité ou du taux des produits d'épargne. Autant d'éléments qui impactent pourtant directement votre pouvoir d'achat.

Livrets, assurance vie, PEL... Combien vous rapportent vraiment vos placements avec l'inflation à 5% ?