L'égalité des chances existe-t-elle vraiment ? Pour la première fois en France, une étude de l'Insee met en relation les revenus des parents à ceux de leurs enfants. En moyenne, plus les parents touchent de hauts revenus, plus les enfants ont des chances de gagner plus d'argent que les autres jeunes adultes de leur génération. Mais de nombreux autres paramètres entrent en compte.

Les enfants ayant des parents avec de haut revenus sont-ils assurés d'avoir eux-mêmes un haut salaire une fois adulte ? Dans une étude publiée ce mercredi 18 mai et intitulée « une nouvelle mesure de la mobilité intergénérationnelle des revenus en France », l'Insee se penche sur la corrélation entre revenus des parents et revenus des enfants de 28 ans, « qui constitue un indicateur de la capacité d'une société à assurer une égalité des chances. »

Premier enseignement : « les enfants de familles aisées ont trois fois plus de chances d'être parmi les 20% les plus aisés que ceux issus de familles modestes : les inégalités se reproduisent donc en partie d'une génération à l'autre », explique l'Insee. Chez les enfants issus des familles les plus modestes (dans la tranche de 20% des revenus les bas) 31% restent dans cette tranche quand 34% des enfants des parents les plus aisés (tranche de 20% des revenus les plus hauts), restent dans cette catégorie. Ainsi, les jeunes de 28 ans ont plus de chances de toucher un haut salaire si c'était déjà le cas de leurs parents.

Le sexe et le lieu d'habitation comme autres facteurs

Cependant, les revenus des parents ne déterminent pas entièrement ceux des enfants. L'Insee relève ainsi que 25% des enfants de parents défavorisés font partie des 40% aux revenus les plus élevés de leur génération et 12% se hissent parmi les 20% aux plus hauts revenus. À l'inverse, dans la même proportion, un quart des enfants ayant les parents dans la tranche de revenus la plus élevée appartient aux 40% des revenus les plus faibles et 15% chutent dans les 20% de revenus les plus bas.

Professionnels : les offres en ligne les moins chères pour limiter vos frais bancaires

Les inégalités de genre se font également ressentir dans cette étude de l'Insee. Ainsi, les hommes ont plus de chances d'avoir des revenus plus hauts que leurs parents que les femmes. « 15% des fils de 26 à 29 ans issus du plus bas cinquième des revenus sont dans le plus haut cinquième, contre 8% des filles, tandis que 34% des filles restent dans le plus bas cinquième, contre 27% des fils, » note l'étude.

Salaire : êtes-vous plus riche ou plus pauvre que la moyenne ?

L'Île-de-France, terre d'opportunités ? Une chose est sûre, les enfants de cette région sont ceux qui se hissent le mieux dans l'échelle des revenus par rapport à leurs parents (21%), bien plus que ceux des Hauts-de-France (7%) ou de Normandie (8%). Ainsi, d'après l'insee, « les enfants d'Île-de-France issus de familles qui sont au niveau du quart des revenus les plus bas (le 25e centième) ont en moyenne la possibilité d'atteindre presque le revenu médian de la génération des enfants (le 48e centième de revenu), contre le 41e pour ceux des Hauts-de-France. » Pour l'institut, cette disparité s'explique grâce aux opportunités d'études et d'emplois supérieures en Île-de-France par rapport aux autres régions de l'Hexagone.